Sélectionner une page

Êtes-vous ce que vous avez? Quelle est la part des possessions matérielles dans la définition de votre identité? Avec ces questions difficiles, nous vous emmenons à découvrir la vraie valeur des possessions dans votre vie.

Découvrir la vraie valeur des possessions: de quoi parle t-on?

La société de consommation a des effets sur notre sentiment d’identité.

Le Soi d’un homme est la somme totale de tout ce qu’il peut appeler son. – William James (The Principles of Psychology, 1890)

Imaginez que je vous donne une liste d’attributs qui décrivent une personne: amicale, unique, affirmée, autonome – et je vous demande de juger si vous pensez que chacune de ces qualités soit intrinsèque à cette personne ou liée de quelque manière que ce soit à ce que cette personne possède et comment elle s’habille.

Vous me direz probablement que ce sont tous des aspects de l’identité d’une personne qui ne sont pas influencés par le contexte matériel . Mais vous auriez tort. Les possessions matérielles remplissent de nombreuses fonctions pour les gens et la construction d’un sentiment d’identité, avec des conséquences à la fois bénéfiques et psychologiquement préjudiciables de la société de consommation, avec l’obsession du « avoir c’est être ».

[irp]

Pourquoi avons-nous besoin de découvrir la vraie valeur des possessions?

Nous aimons nos affaires.

« N’AYEZ rien dans vos maisons que vous ne sachiez utile ou que vous ne croyiez beau. » C’était une règle d’or pour ceux qui luttaient pour meubler ou redécorer leur maison, proposée par William Morris, un designer textile britannique du XIXe siècle.

Aussi perspicace que cela puisse paraître, le conseil de Morris s’avère plutôt peu pratique. Comme nous le savons tous, notre relation avec les choses que nous possédons va bien au-delà de l’utilité et de l’esthétique. En termes simples, nous aimons nos affaires. Le contemporain de Morris, le psychologue William James, avait une idée pourquoi. Nos possessions, a-t-il soutenu, définissent qui nous sommes : « Entre ce qu’un homme m’appelle et ce qu’il appelle simplement mien, la ligne est difficile à tracer. »

Découvrir la vraie valeur des possessions pour affronter les contradictions

Les croyances quotidiennes sont en contradiction avec deux perspectives psychologiques : celle de l’homme perçu comme  chercheur d’utilité « rationnelle »; et la conception  psychologique de la personne comme un individu confiné dans les limites physiques du corps.

Aujourd’hui les recherches ont révélé que l’être humain n’est pas un acheteur rationnel dont la décision d’achat se base sur les informations pour obtenir les produits ou services les plus utiles. Les gens achètent souvent des biens de consommation en raison de leur avantages psychologiques, plutôt que leurs valeur économique et utilitaire (Dittmar, 2001).
Des liens existent entre l’identité et les biens matériels. Ces liens peuvent être positifs, mais la recherche d’identité à travers ce que nous possédons peut aussi avoir conséquences négatives pour notre bien- être lorsqu’elle devient excessive, par un engagement fort envers les valeurs matérialistes ou des achats « addictifs ».

[irp]

Bien sûr, de nombreux biens matériels sont des outils pratiques qui facilitent la vie, et la rendent plus contrôlable et plus pratique. Une voiture par exemple est d’abord un moyen de transport. Mais les biens matériels sont aussi utilisés comme signes d’identité sociale, et en ce sens ils traduisent les appartenances (ou les désirs d’appartenance) à un groupe  social, y compris l’identification du rôle sexuel, le statut socio-économique ou l’appartenance à une sous-culture. Pensez aux vêtements, aux produits liés à la coiffure, aux collections de musique.
En tant que signes d’identité personnelle, les biens matériels peuvent représentent les qualités uniques d’une personne, ses valeurs et attitudes. Ils sont un enregistrement de son histoire et ses souvenirs personnels, et symbolisent parfois des relations interpersonnelles étroites avec des partenaires romantiques, la famille et les amis.
Sur le plan émotionnel, nous utilisons nos possessions pour le confort et les commodités, et probablement aussi  à cause de leurs dimensions symboliques.

Le lien entre les possessions matérielles et l’identité est très utilisé dans la publicité, où les biens sont commercialisés comme symboles d’un « moi idéal », et nous sommes invités à consommer non seulement les marchandises, mais leur qualités symboliques.

Le pouvoir psychologique des possessions

Les biens matériels peuvent donner aux gens les moyens de créer des expériences de valeur, d’améliorer les relations interpersonnelles et le maintien de l’identité et de la continuité du soi. Par exemple, il est important que les personnes âgées prennent avec elles des objets familiers lorsqu’elles quittent leurs domicile pour emménager en maisons de retraites. Ces objets leur permettent de contrecarrer le traumatisme du déménagement
(Wapner et al., 1990). Les possessions symbolisent leurs expériences de vie et relations, et donc l’histoire et la continuité du soi. Pourtant il semble y avoir un « côté obscur » de l’aspiration aux biens matériels, où les valeurs matérialistes peuvent être nuisibles au bien-être d’un individu.
Les valeurs matérialistes sont un « ensemble de croyances centrales sur l’importance de biens [matériels] dans la vie» (Richins & Dawson, 1992, p.308). Ainsi, quand les valeurs matérialistes sont importantes ou centrales pour une personne, elles conduisent à un engagement fort dans la construction identitaire par les biens matériels. Cette situation est caractérisée par trois croyances clés qui considèrent les biens matériels comme :

♣ un objectif central de la vie ;

♣ la voie principale vers l’identité, le succès et le bonheur;

♣ et le critère d’évaluation de soi et des autres.

Des attentes déçues

Les résultats scientifiques révèlent que ceux qui ont un plus fort attachement aux valeurs matérielles ont des attentes irréalistes concernant les biens de consommation. Ils vivent des expériences émotionnelles négatives après l’achat, et vivent une baisse de satisfaction à l’égard de la vie; ainsi qu’un bien-être subjectif inférieur. Ceux qui apprécient le succès matériel avant tout autre domaine, comme l’affiliation avec d’autres ou l’engagement communautaire, démontrent moins de vitalité, plus d’anxiété. ils sont plus sujets à la dépression et aux troubles sociaux et du
fonctionnement personnel (Kasser & Ryan, 1993).

Donner la priorité aux valeurs matérialistes peut  conduire les gens à s’efforcer d’atteindre des objectifs qui, en fin de compte, ne peuvent répondre à leurs « vrais » besoins d’authenticité et de connexion aux autres (Ryan & Deci, 2000).

Par ailleurs, il a été démontré que grandir dans des familles désorganisées pouvait conduire à prioriser les valeurs matérielles, avec pour conséquences des niveaux plus élevés de compulsion de consommation.

Marques et identité à l’adolescence

Les résultats d’une recherche sur quarante adolescents et adultes suggèrent que les marques sont plus fortement liées à la construction de l’identité pour les adolescents que pour les adultes. Quarante personnes ont été invités à choisir et à photographier des biens personnels qui « disent quelque chose sur vous » et à discuter de leurs choix lors d’un entretien approfondi.
Les plus jeunes choisissaient un plus grand nombre de produits de marque que les adultes, mais étaient aussi beaucoup plus articulés, informés et impliqués quand on  parle de marques. L’analyse qualitative des entretiens suggère qu’ils adoptent et utilisent les significations symboliques associées aux marques pour aider à la construction et à la communication de leur identité.

Par exemple, les téléphones portables, très utilisés par les adolescents. Ils obtiennent un sentiment d’affiliation et d’appartenance grâce à l’utilisation de la même marque que leur groupe de pairs et un partage des connaissances sur ce que représente la marque, mais en même temps, ils  expriment leur individualité en choisissant un modèle particulier qui est ensuite modifié personnellement (« customisé ») par des sonneries, des couvertures, des « bijoux » collés ou des logos.
Les adolescents sont également très habiles à «lire» les autres à travers leurs possessions de marque. Dans une
deuxième partie de l’étude, les participants ont vu des ensembles de photographies des biens d’une personne et ont été demandé quel genre de personne ils pensaient que le propriétaire était.

Ces ensembles étaient « faux », dans le sens où ils représentait une collection de produits de grande marque choisis pour l’étude. Un exemple d’ensemble (« outfit ») comprenant une paire Adidas Gazelles, un gel pour les cheveux ShockWaves, un déodorant Lynx et un sweat  Reebok.

Le « propriétaire » a tendance à être plus cohésif et complet que les adultes », démontrant qu’ils sont conscients et utilisent les informations symboliques que la publicité associe à des marques particulières : la « personnalité de la marque » communiquées dans les médias de masse.

Pour l’exemple, les adolescents ont décrit le « propriétaire » comme « sortant, dragueur, énergique, actif, jeune, célibataire, soucieux de son image ». Mais ils construisent aussi leurs propres significations qui semblent découler davantage d’interactions réelles avec les marques et les personnes qui les utilisent : une image partagée de « l’utilisateur type ». Cela peut être plus négatif, comme « non motivé, sans instruction, lent, reste au lit tout le week-end, ou décontracté ».

Les possessions achetent le « moi idéal »

Les résultats d’une recherche prouvent que lorsque les gens (matérialistes) achètent des  biens matériels pour aspirer à un « meilleur soi idéal», alors cette pulsion augmente d’autant plus qu’ils sont éloignés de leur identité idéale : ils s’engagent davantage à acheter à mesure que l’écart  augmente entre le soi réel (comment vous vous voyez) et le moi idéal (comment vous aimeriez être).
De plus, ce résultats s’appliquent mieux lorsqu’il y a un lien culturel préexistant entre la construction identitaire et le shopping, comme cela existe pour les femmes.

Socrate a dit que « la vie sans examen ne vaut pas la peine d’être vécue »; et Aristote, a répondu : « C’est vrai, Socrate. Mais tu sais quoi ? La vie sans but ne vaut pas la peine d’être examinée. » – Socrate et Aristote

[irp]

Quelle la vraie valeur des possessions selon les philosophes et les scientifiques?

Aristote disait qu’il existe deux formes de bonheur. Il y a une forme eudémonique de bonheur qui puise ses racines à l’intérieur de chacun de nous et la partage avec d’autres, et il y a aussi une forme hédonique de bonheur, qui se réfère au plaisir et à la gratification immédiate. Cela peut être le fait d’être super attirant ou super riche ou d’avoir un grand prestige, ou d’avoir un conjoint trophée, ou d’avoir une super belle voiture. Quelles que soient ces choses qui sont matérialistes, avoir un bonheur hédonique est lié à leur matérialisme.

Relevons qu’ Aristote n’était pas contre le bonheur dit « hédonique » ou le bien-être. nous avons tous besoin de ces deux formes de bonheur, mais en proportion différente pour chacun de nous. Ainsi certains sont plus hédoniquement heureux que d’autres.

Les récents développements de la neuroscience et les découvertes du rôle du striatum ventral, cette partie centrale du cerveau, lui ont donné raison , nous avons tous une part d’hédonisme » et d’eudémonisme ». Mais les résultats scientifiques sont formels: ceux qui basent leur vie sur les biens matériels sont moins épanouis. La recherche des possessions (célébrations, fortune; attrait, auto-valorisation) stimulent l’amygdale, la partie reptilienne de notre cerveau, liée à la peur et à l’agressivité; tandis que les besoins transcendantaux (amour, communauté, gratitude, empathie) activent le cortex préfrontal, siège de la récompense.

Prochain article: Quelle est la science derrière notre matérialisme?

Références:

Anderson, N. & Dittmar, H. (2002, September). Shopping for identity. Paper presented at the BPS Social Section Psychology Conference, Huddersfield.
Benson,A. (Ed.) (2000). I shop, therefore I am: Compulsive buying and the search for self.  York:Aronson.
Black, D.W. (1996). Compulsive buying. Journal of Clinical Psychiatry, 57, 50–54. Campbell, C. (2000). Shopaholics,
spendaholics, and the question of gender. In A. Benson (Ed.) I shop, therefore I am (pp.57–75). New York: Aronson.
Cross, S.E. & Madson, L. (1997). Models of the self: Self-construals and gender.
Psychological Bulletin, 122, 3–37. Dittmar, H. (1989). Gender identity-related meanings of personal possessions.
British Journal of Social Psychology, 28, 159–171.
Dittmar, H. (1991). Meanings of material possessions as reflections of identity. Journal of Social Behavior and Personality, 6, 165–186.
Dittmar, H. (1992a). Perceived material wealth and first impressions. British Journal of Social Psychology, 31, 379–392.
Dittmar, H. (1992b). The social psychology of material possessions:To have is to be. Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf.
Dittmar, H. (2001). Impulse buying in ordinary and ‘compulsive’ consumers. In J. Baron, G. Loomes & E.Weber
(Eds.) Conflict and tradeoffs in decisionmaking (pp.110–135). Cambridge: Cambridge University Press.
Dittmar, H. (2004). Understanding and diagnosing compulsive buying. In R. Coombs (Ed.) Addictive disorders: A
practical handbook. NewYork:Wiley.
Dittmar, H., Beattie, J. & Friese, S. (1996). Objects, decision considerations and self-image in men’s and women’s impulse purchases. Acta Psychologica, 93, 187–206.
Dittmar, H. & Drury, J. (2000). Self-image – Is it in the bag? Journal of Economic Psychology, 21, 106–145.
Elliott, R. & Wattanasuwan, K. (1998). Brands as symbolic resources for the construction of identity. International Journal of Advertising, 17, 131–144.
Faber, R.N., Christenson, D.A., de Zwaan, M. & Mitchell, J. (1995).Two forms of compulsive consumption: Comorbidity of compulsive buying and binge eating.
Journal of Consumer Research, 22, 296–304. Featherstone, M. (1991). Consumer culture and postmodernism. London: Sage. Fischer, E. & Gainer, B. (1991). I shop therefore I am:The role of shopping in the social construction of women’s identities. In G.A. Costa (Ed.) Gender and consumer behavior (pp.350–357).
Salt Lake City: University of Utah Press. Franzen, G. & Bouwman, M. (2001). The mental world of brands.Towbridge: Cromwell Press.
Garcés Prieto, J. (2002). Experiencias de trabajo en la prevenciòn y tratamiento de la adicciòn al consumo. In I. García Ureta & E. Olibarri Fernández (Eds.) El consumo y la adicciòn a las compras: Diferentes perspectivas (pp.199–222). Bilbao: University of the Basque Country.
Goldberg, M.E., Gorn, G.J., Peracchio, L.A. & Bamossy, G. (2003). Materialism among youth. Journal of Consumer Psychology, 13, 278–288.
Kasser,T. & Ryan, R.M. (1993).A dark side of the American dream: Correlates of financial success as a central life aspiration. Journal of Personality and Social Psychology, 65, 410–422.
Lejoyeux, M., Haberman, N., Solomon, J. & Adés, J. (1999), Comparison of buying behavior in depressed patients presenting with and without compulsive buying. Comprehensive Psychiatry, 40, 51–56. Lunt, P.K. & Livingstone, S.M. (1992). Mass consumption and personal identity. Buckingham: Open University Press. Mead, G.H. (1934). Mind, self and society. Chicago: University of Chicago Press. Moscovici, S. (1988). Some notes on social representations. European Journal of Social Psychology, 18, 211–250. Richins, M. & Dawson, S. (1992). Materialism as a consumer value: Measure development and validation. Journal of Consumer Research, 19, 303–316.
Rindfleisch,A., Burroughs, J.E. & Denton, F. (1997). Family structure, materialism, and compulsive consumption. Journal of Consumer Research, 23, 312–325. Ryan, R.M. & Deci, E.L. (2000). Selfdetermination theory and the facilitation of intrinsic motivation, social development, and well-being. American Psychologist, 55, 68–78. Sampson, E.E. (1989).The challenge of social change for psychology: Globalization and psychology’s theory of the person. American Psychologist, 44, 914–921.
Solomon, M.R. (2002). Consumer behavior: Buying, having, and being (5th edn). Upper Saddle River, NJ: Prentice Hall. Srivastava,A., Locke, E.A. & Bartol, K.M. (2001). Money and subjective wellbeing. Journal of Personality and Social Psychology, 80, 959–971.
Wapner, S., Demick, J., & Redondo, J.P. (1990). Cherished possessions and adaptation of older people to nursing homes. International Journal on Aging and Human Development, 31, 299–315. Wetherell, M. & Edley, N. (1999).
Negotiating hegemonic masculinity: Imaginary positions and psychodiscursive practices. Feminism and Psychology, 9, 335–356.

D. L. Norton, Personal Destinies: A Philosophy of Ethical Individualism (Princeton: Princeton Univ. Press, 1976). 1946.

Aristotle, Nicomachean Ethics, trans. Terence Irwin, 2nd ed. (Cambridge:Hackett Publishing Company, Inc. 1999).

E. H. Telzer, A. J. Fuligni, M. D. Lieberman, and A. Galvan, “Neural Sensitivity to Eudaimonic and Hedonic Rewards Differentially Predict Adolescent Depressive Symptoms over Time,” Proceedings of the National Academy of Science (2014).

Y. Kang, N. Cooper, P. Pandey, et al. “Effects of Self-Transcendence on Neural Responses to Persuasive Messages and Health Behavior Change.” Proceedings of the National Academy of Science 115 (2018): 9974-9979.

Y. Kang, M.B. O’Donnell, V.J. Strecher, S.E. Taylor, M.D. Lieberman, E.B. Falk. “Self-Transcendent Values and Neural Responses to Threatening Health Messages.” Psychosomatic Medicine 79 (2017):379-387.

Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap