Je suis reconnaissant mais pas satisfait - Publication de Céline Folifack et La Vision Mag - 1280 pixels x1280 pixels

Nous n’avons pas de mal à ressentir un sentiment de gratitude quand nous pensons à ceux qui paraissent en avoir moins moins. Qu’en est-il lorsque nous nous retrouvons face à ceux qui semblent en avoir plus?

Je suis reconnaissant mais pas nécéssairement satisfait

Avec l’essor des réseaux sociaux, le temps où l’on pouvait être « borgne au milieu des aveugles » est révolu. Le monde est un village global, il y’a toujours plusieurs personnes qui « font mieux ce que nous faisons », et voir au quotidien les images de ceux qui ont l’air d’avoir plus est devenu impossible à éviter. Parfois, ces succès affichés sur la toile sont une source d’agacement, de frustration et même de dépression.

La dépression souriante: comment les réseaux sociaux pertubent le bien-être

En mars 2023, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que près de 265 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression. Les professionnels de la santé mentale que constatent de plus en plus de personnes souffrent de ce qu’ils appellent la « dépression souriante ». La « dépression souriante » est un terme désignant une personne vivant avec une dépression à l’intérieur tout en paraissant parfaitement heureuse ou satisfaite à l’extérieur. Elle ressent toutefois les symptômes classiques de la dépression, notamment une profonde tristesse, une faible estime de soi et des changements dans sa vie quotidienne. Ce genre de dépression est une conséquence de l’utilisation des réseaux sociaux, qui peuvent affecter notre perception de nous si nous n’y prenons garde.

Les recherches montrent que plus les gens passent de temps sur Facebook et Instagram, plus ils se comparent socialement. Cette comparaison sociale est liée, entre autres, à une plus faible estime de soi et à une plus grande anxiété sociale.

LIRE AUSSI:   Avec qui vous comparez-vous?

Twitter est associé à des émotions plus positives et à une plus grande satisfaction de vivre. Une explication possible : Facebook et Instagram sont connus pour être des lieux de présentation positive de soi, contrairement à Twitter, où il est plus approprié de partager ses opinions et ses émotions réelles.

J’appelle la dépression souriante la « dépression selfie » et elle exprime un mal-être que nous devons à 2 tendances naturelles que nous les humains nous avons, et qui nous dévient de notre chemin: l’ingratitude et la conccurrence.

Très souvent,  le fait de regarder avec frustration la réussite ou l’illusion de réussite des autres traduit  nos propres insatisfactions, et notre propre besoin de nous réaliser dans plusieurs domaines de notre vie.

 

Comment se réaliser?

Il y’a des moments dans la vie où nous savons exactement ce que nous voulons, mais nous n’arrivons pas à le réaliser. Nous avons cette liste de résolutions:

  • Retrouver la santé.
  • Ecrire ce livre.
  • Être plus présent pour nos proches.
  • Démarrer cette entreprise à domicile.
  • Apprendre une autre langue.
  • Être plus patient et plus heureux.
  • Sortir des dettes.
  • Être plus organisé.
  • Être un meilleur ami.
  • Vaincre les mauvaises habitudes.

Mais le problème est le suivant : faire cela est vraiment difficile. Et cela devient plus difficile chaque jour. Certains jours, il semble plus réaliste d’abandonner complètement. Et nous faisons alors la danse du « un pas en avant et deux pas en arrière ».

Vous vous dites depuis longtemps « Aujourd’hui, c’est le jour J ! » pour tomber dans les vieilles habitudes après 3 jours !

Lorsqu’il y a un écart entre qui vous êtes et qui vous avez l’intention d’être, vous êtes incongru et malheureux. Vous êtes déchiré, mentalement épuisé et plein de regrets. Vous vous sentez toujours un peu comme une fraude pour vous-même, et probablement pour les personnes qui vous entourent.

A l’inverse, dit Gandhi,

« Le bonheur, c’est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie. »

Alors comment on fait pour se réaliser? Quelle est la solution pour avoir une vie satisfaisante? Pour que notre vie change, nous devons changer. Et pour le faire, nous avons besoin de nouvelles habitudes. Il faut aussi une stratégie: face à tous les défis que nous rencontrons, les attaquer de front au même moment nous rendrait improductifs.

Le besoin d’une habitudes-clé, transformationnelle

Si vous essayez de vous attaquer à tout ce qui ne va pas dans votre vie, vous vous épuiserez rapidement et arrêterez.

Vous n’avez pas le temps de vous concentrer sur mille domaines différents de votre vie pour changer. C’est épuisant, et franchement, pas utile.

Plus efficace que l’analyse au microscope de vos comportements de sabotage, fixez en vous une habitude « clé de voûte » — qui verrouille étroitement toutes vos autres habitudes en place. Sans clé de voûte, tout s’effondre.

Dans son livre, Le Pouvoir de L’habitude, Charles Duhigg décrit les habitudes clés comme « de petits changements que les gens introduisent dans leurs routines et qui se répercutent involontairement sur d’autres aspects de leur vie ».

Une personne peut commencer à faire de l’exercice une fois par semaine et, sans le savoir, elle commence à mieux manger et à être plus productive au travail. Elle commence à moins fumer et à faire preuve de plus de patience avec ses collègues et ses proches. Elle utilise moins sa carte de crédit, se sent moins stressée et est plus motivée pour atteindre ses objectifs. Les schémas enracinés dans son cerveau se reforment et elle devient une personne entièrement différente. Tout cela parce qu’elle a commencé à faire de l’exercice une fois par semaine.

Vous acquérez une de ces habitudes, et tout dans votre vie peut changer. Les habitudes clés déclenchent une réaction en chaîne d’autres bonnes habitudes et peuvent rapidement modifier tous les aspects de votre vie. Une habitude-clé très éfficace est la pratique de la gratitude.

Une habitude-clé incontournable: la gratitude

Nous disons probablement tous « merci » au moins 50 fois par jour. Ce n’est pas parce que nous avons des quantités excessives de gratitude ; c’est une réponse automatique. En tant que petit enfant, nous avons été formés pour dire merci, et ça a collé. Alors nous voici aujourd’hui, remerciant pour tout et n’importe quoi – au serveur qui a oublié la commande de déjeuner, ou à la réceptionniste qui vous informe que votre rendez-vous a été annulé.

Dire « merci » de manière automatique, ou par convention sociale, n’est pas la même chose que pratiquer la gratitude. La gratitude est un équilibre de réflexion, d’intention, d’expression et d’action.

La gratitude est une voie d’abondance

La journalisation de gratitude est un moyen scientifiquement prouvé de surmonter plusieurs défis psychologiques. Les avantages sont apparemment sans fin. En voici quelques-uns :

  • La gratitude rend plus heureux
  • La gratitude rend les autres comme vous
  • La gratitude vous rend plus sain
  • La gratitude booste votre carrière
  • La gratitude renforce vos émotions
  • La gratitude développe votre personnalité
  • La gratitude rend plus optimiste
  • La gratitude réduit le matérialisme
  • La gratitude augmente la spiritualité
  • La gratitude vous rend moins égocentrique
  • La gratitude augmente votre estime de soi
  • La gratitude améliore votre sommeil
  • La gratitude vous éloigne du médecin en renforçant le fonctionnement physiologique
  • La gratitude vous permet de vivre plus longtemps
  • La gratitude augmente votre niveau d’énergieLa gratitude vous rend plus susceptible de faire de l’exercice
  • La gratitude vous aide à rebondir face aux défis
  • La gratitude vous fait vous sentir bien
  • La gratitude rend vos souvenirs plus heureux
  • La gratitude réduit les sentiments d’envie
  • La gratitude vous aide à vous détendre
  • La gratitude vous rend plus amical
  • La gratitude aide votre mariage
  • La gratitude vous fait bien paraître
  • La gratitude approfondit vos amitiés
  • La gratitude fait de vous un manager plus efficace
  • La gratitude vous aide à réseauter
  • La gratitude augmente la réalisation de votre objectif
  • La gratitude améliore votre prise de décision
  • La gratitude augmente votre productivité

Pourquoi êtes-vous reconnaissant?

Si quelqu’un me demandait de nommer des choses pour lesquelles je suis reconnaissant, je n’aurais aucun problème à dresser une liste :

  • Je suis reconnaissante pour le toit au-dessus de ma tête.
  • Je suis reconnaissante pour la nourriture abondante que j’ai à manger.
  • Je suis reconnaissante pour les vêtements que je dois porter.
  • Je suis reconnaissante pour les libertés que mon pays offre.
  • Je suis reconnaissante pour mon corps sain et fonctionnel.
  • Je suis reconnaissante envers ma famille et mes amis.
  • C’est juste pour commencer.

Et si quelqu’un me demandait alors pourquoi je suis reconnaissant, je pourrais aussi répondre facilement :

  • Je suis reconnaissant d’avoir un toit au-dessus de ma tête parce que je sais que beaucoup de gens sont sans abri.
  • Je suis reconnaissante pour la nourriture abondante que j’ai à manger parce que je sais que d’autres meurent de faim.
  • Je suis reconnaissante pour les vêtements que je dois porter parce que je sais que d’autres manquent de besoins fondamentaux.
  • Je suis reconnaissante pour les libertés que mon pays offre parce que je sais que certains vivent dans l’oppression et la haine, et qu’il y a des réfugiés sans chez-soi.
  • Je suis reconnaissante pour mon corps sain et fonctionnel car tant de personnes sont malades ou handicapées.
  • Je suis reconnaissante envers ma famille et mes amis parce que je sais que d’autres ont perdu des êtres chers ou manquent d’un système de soutien solide et aimant.

Nous éprouvons tous des moments de gratitude de temps en temps.La question à poser maintenant c’est de savoir si j’ai un coeur vraiment reconnaissant. La gratitude est-elle mon style de vie, ou alors mon attitude varie en fonction des circonstances?

Combien de temps êtes-vous reconnaissant?

Mais disons que cette personne embêtante et trop curieuse a continué à vous demander à quelle fréquence vous vous sentez reconnaissant et combien de temps ces sentiments de gratitude durent ?

C’est là qu’il y’a un problème. Parce que vous devez admettre que vos sentiments de gratitude sont souvent éphémères et conditionnels.

Nous n’avons pas de mal à ressentir un sentiment de gratitude quand nous pensons à ceux qui paraissent en avoir moins moins. Lorsque nous entendons parler de personnes vivant dans la pauvreté ou dans des pays déchirés par la guerre, ou lorsque nous sommes informés de nouvelles malheureuses concernant la santé défaillante de quelqu’un, l’échec de son mariage ou la perte de son emploi, nous nous sentons sincèrement reconnaissants pour ce que nous avons. Qu’en est-il lorsque nous nous retrouvons face à ceux qui semblent en avoir plus?

La gratitude quand nous pensons avoir moins

Ce qui est beaucoup plus difficile, c’est de se sentir vraiment reconnaissant quand nous sommes en face de ceux qui nous donnent l’impression d’en avoir plus.

La gratitude que nous ressentons pour notre maison a tendance à s’estomper un peu lorsque nous entrons dans la maison beaucoup plus grande, plus récente et plus agréable de quelqu’un d’autre.

Nos sentiments de gratitude pour les vêtements qui nous gardent au chaud et au sec ont tendance à se dissiper lorsque nous passons du temps avec un ami plus élégant, ou que nous entrons dans un centre commercial et que nous voyons les dernières tendances « incontournables ».

Ce n’est pas beau à admettre. Mais j’imagine que vous avez envie d’écrire ceci dans votre journal de gratitude :

Je suis reconnaissant pour la nourriture sur ma table parce que je sais que d’autres meurent de faim… mais j’aimerais que nous ayons l’argent pour pouvoir manger plus. Je jure que tout le monde que nous connaissons a déjà essayé ce nouveau restaurant.

Je suis reconnaissante d’avoir un corps sain et fonctionnel parce que je sais que beaucoup sont malades ou handicapés… mais j’aimerais ressembler à cette femme à la salle de gym qui a des abdos incroyables et des cheveux parfaits.

Je suis reconnaissant envers ma famille et mes amis qui m’aiment… mais ce groupe de femmes sur Facebook semble avoir une vie sociale bien plus excitante que la mienne.

Cette tendance à prendre ce que nous avons déja pour acquis a un nom en science: « le tapis roulant hédonique » .

Le tapis roulant hédonique

Les chercheurs ont découvert que bien que vous puissiez avoir des pics de bonheur ou de tristesse immédiatement après un changement de votre état de santé, de votre relation, richesse, etc., la plupart des gens retrouvent leur niveau de bonheur antérieur — leur ligne de base — dans le temps, même lorsque de tels événements entraînent des changements durables.
Gretchen Rubin, auteur de The Happiness Project explique :

« Les gens sont adaptables. »

Nous nous adaptons rapidement à une nouvelle circonstance de la vie — pour le mieux ou pour le pire – et considérez cela comme normal. Bien que cela nous aide lorsque notre situation s’aggrave, cela signifie que lorsque les circonstances s’améliorent, nous désirerons bientôt  de nouveaux conforts ou privilèges. Avoir une plus grande maison ou un nouveau poste ne nous donne qu’un bref coup de pouce de bonheur avant que nous ne commencions à le prendre pour acquis.

Renforcer les relations

Les relations aussi souffrent des effets du tapis roulat hédonique. À mesure qu’une relation vieillit, nous tenons parfois pour acquises les choses que nous aimons chez notre partenaire. Combien de fois n’avons-nous pas vu des couples qui après quelques années de vie commune ne vous parlent plus que des défauts l’un de l’autre? C’est une illustration de l’attitude qui prend toutes les qualités de l’autre pour acquises, et ne s’attarde maintenant que sur ses défauts. Pratiquer la gratitude est un excellent moyen de montrer à votre partenaire que vous l’appréciez, tout en améliorant la qualité de votre relation.

 

La gratitude est puissante

La gratitude supplante les effets du tapis roulant hédonique. Un habitué de la pratique de la gratitude s’offre une perspective reconnaissante au quotidien, permettant aux premiers sentiments de joie et au contentement de demeurer.

RETOUR EN ARRIÈRE : Quelles choses que vous vouliez autrefois et plus tard quand vous les avez reçu ou atteint, vous les tenez maintenant pour acquises ?

AUJOURD’HUI : Comment pouvez-vous favoriser plus de gratitude pour ces réalisations, expériences et possessions ?

REGARD VERS L’AVENIR : Qu’est-ce que vous désirez maintenant que vous pourriez prendre pour acquis une fois que vous l’obtiendrez?

Respirez

Frère David Steindl-Rast, un moine bénédictin dont nous partageons la sagesse sur la gratitude, a dit une fois «

… Je n’ai pas dit que nous pouvons être reconnaissant pour tout. J’ai dit que nous pouvions être reconnaissants à chaque
moment donné… »

Quelle distinction importante. Ce n’est pas que nous devons être reconnaissants pour
tout, mais à chaque instant il y’a quelque chose pour lequel nous pouvons dire merci.
Notre souffle – qui nous rappelle que nous avons la possibilité d’être ici et être présent — en est un parfait exemple.

Respirez. De quoi êtes-vous reconnaissant en ce moment ?

Panneaux d’arrêt

C’est une idée fausse très répandue qu’il faut être heureux pour être reconnaissant. C’est le contraire est vrai: la gratitude rend heureux.
Le frère David Steindl-Rast prône l’attitude « STOP. LOOK. GO. »

1 STOP — Devenez présent, éveillé et conscient. Consacrez votre pleine attention à rester immobile ou à ralentir. Apportez votre conscience au cadeau du moment présent.
2 REGARDEZ — Remarquez, observez et réfléchissez. Qu’est-ce que la vie vous offre
à l’heure actuelle? Réfléchissez à l’invitation à vous sentir reconnaissant pour ce que vous
avez déjà dans votre vie.
3 GO — Reconnaissez et agissez. Écrivez trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Rappelez-vous que chacune de ces choses est un cadeau, pas une donnée.

« La racine de la joie est la gratitude…
Ce n’est pas la joie qui nous rend  reconnaissants ; c’est la gratitude qui nous rend joyeux.

 

L’esprit de conccurrence est une forme de pauvreté

Au chapitre 5 du livre « Les 7 habitudes des personnes très efficaces » l’auteur Stephen Covey aborde la nécessité d’adopter une philosophie gagnant-gagnant, qui est un état d’esprit est du principe d’abondance. La mentalité d’abondance croit qu’il y en a plus qu’assez pour tout le monde. Et donc, il n’y’a pas besoin de conccurrence. Ceux qui n’ont pas une mentalité d’abondance ont plutôt une mentalité de rareté et croient que si vous gagnez, une autre personne doit perdre.
Si vous pensez gagnant-gagnant, vous finirez par construire des relations saines, et vous vous réjouirez du succès des autres, en sachant bien que cela n’enlève rien à votre vie.

L’état d’esprit de la rareté rend extrêmement difficile d’échapper à la pauvreté. Dans une étude réalisée en 2017, les chercheurs ont conclu que la pauvreté  » entrave la capacité cognitive » et que ces effets équivaut à perdre environ 13 points de quotient intellectuel. Les gens ne sont pas pauvres parce qu’ils prennent de mauvaises décisions ; les gens restent pauvres parce que l’état d’esprit de pauvreté inhibe leur capacité à prendre de bonnes décisions.

Les gens ne sont pas pauvres parce qu’ils prennent de mauvaises décisions ; les gens restent pauvres parce que l’état d’esprit de pauvreté inhibe leur capacité à prendre de bonnes décisions.

Comparez-vous à qui vous étiez hier, pas à quelqu’un d’autre aujourd’hui

« Comparez-vous à qui vous étiez hier, pas à quelqu’un d’autre aujourd’hui.  » conseille Jordan Peterson dans son fameux livre « 12 Règles pour la vie ». Les meilleures ambitions concernent le développement du caractère et des capacités, plutôt que le statut et le pouvoir. Statut que vous pouvez perdre. Vous portez du caractère avec vous partout où vous allez, et cela vous permet de l’emporter contre l’adversité.

L’envie ne nous sert pas et peut contribuer au stress et au manque de confiance. D’un autre côté, suivre vos progrès et célébrer vos réalisations peut stimuler votre motivation à continuer à vous améliorer.

Conseil: 6 attitudes à adopter pour se comparer à soi-même

  • Pratiquez l’examen de vous-même appelée aussi introspection pour évaluer vos pensées, comportements et attitudes.
  • Faites la lumière sur vos « angles morts »: demandez à une personne proche de vous dire franchement ce qu’elle pense de votre comportement sur des sujets précis.
  • Concentrez-vous sur ce qui est sous votre contrôle et réparable au lieu de vous soucier du succès des autres.
  • Lorsque quelque chose vous dérange ou vous rend jaloux ou peu sûr de vous, demandez-vous pourquoi.
  • Observez les caractéristiques des autres qui vous irritent, puis utilisez ces informations pour vous motiver à devenir meilleur.
  • Cherchez toujours à apprendre de vos erreurs.

Que faut-il en retenir?

Exploitez le pouvoir de la gratitude pour prendre du recul sur la pression des réseaux sociaux. Trouvez la paix dans la réflexion quotidienne et plongez plus profondément dans ce que vous appréciez le plus. Renforcez l’ouverture et la positivité en cultivant des instants de reconnaissance.
Grâce à une riche pratique de gratitude, vous apprendrez à éprouver de la joie dans chaque situation de vie.

Robert Brault a dit: « Profitez des petites choses, parce que un jour vous pouvez regarder en arrière et vous rendre compte que c’étaient de grandes choses ».

J’espère que vous avez été inspiré par la lecture de cet article. Avez-vous aimé les leçons que vous avez apprises ici ? Faites-moi savoir ce que vous en pensez par un petit message.

 

Ressources

Share via
Copy link
Powered by Social Snap