Sélectionner une page
La richesse de votre vocabulaire façonne votre cerveau

 

Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. – Ludwig Wittgenstein

Le vocabulaire brise les limites

La langue est notre portail vers la création de sens, la connexion, la guérison, l’apprentissage et la conscience de soi. Avoir accès aux mots justes peut ouvrir des univers entiers. Lorsque nous n’avons pas le langage pour parler de ce que nous vivons, notre capacité à donner un sens à ce qui se passe et à le partager avec les autres est sévèrement limitée. Sans langage précis, nous avons du mal à obtenir l’aide dont nous avons besoin, nous ne régulons pas ou ne gérons pas toujours nos émotions et nos expériences d’une manière qui nous permette de les traverser de manière productive, et notre conscience de soi est diminuée. Le langage nous montre que nommer une expérience ne donne pas plus de pouvoir à l’expérience, cela nous donne le pouvoir de comprendre et de signifier.

Notre capacité à reconnaître et à étiqueter avec précision les émotions est souvent appelée granularité émotionnelle. Selon les mots de la psychologue de Harvard Susan David, « Apprendre à étiqueter les émotions avec un vocabulaire plus nuancé peut être absolument transformateur. 

Quand j’ose être puissant, utiliser ma force au service de ma vision, alors il devient de moins en moins important que j’aie peur. – Audre Lorde

 

Les mots parlent aux émotions

Vous avez probablement rencontré des personnes expertes dans la maîtrise de leurs émotions et dans la compréhension des émotions des autres. Quand tout l’enfer se déchaîne, d’une manière ou d’une autre, ces individus restent calmes. Ils savent quoi dire et quoi faire lorsque leur patron est de mauvaise humeur. Il n’est pas étonnant que l’intelligence émotionnelle ait été annoncée comme la prochaine grande réussite commerciale, potentiellement plus importante que le QI, lorsque le livre à succès de Daniel Goleman, Emotional Intelligence, est arrivé en 1995. Après tout, avec qui préféreriez-vous travailler ? Quelqu’un qui peut identifier et répondre à vos sentiments, ou quelqu’un qui n’a aucune idée ? Avec qui préféreriez-vous être marié ?

Les fondements de l’intelligence émotionnelle

Le fondement traditionnel de l’intelligence émotionnelle repose sur deux hypothèses de bon sens. La première est qu’il est possible de détecter avec précision les émotions des autres. Autrement dit, on dit que le visage et le corps humains diffusent le bonheur, la tristesse, la colère, la peur et d’autres émotions, et si vous observez suffisamment attentivement, vous pouvez lire ces émotions comme des mots sur une page. La deuxième hypothèse est que les émotions sont automatiquement déclenchées par des événements dans le monde et que vous pouvez apprendre à les contrôler par la rationalité. Cette idée est l’une des croyances les plus chères à la civilisation occidentale. Par exemple, dans de nombreux systèmes juridiques, il existe une distinction entre un crime passionnel, où vos émotions auraient détourné votre bon sens, et un crime prémédité impliquant une planification rationnelle. En économie, presque tous les modèles populaires de comportement des investisseurs séparent l’émotion et la cognition.

Ces deux hypothèses de base sont très attrayantes et correspondent à nos expériences quotidiennes. Néanmoins, ni l’un ni l’autre ne résiste à l’examen scientifique à l’ère des neurosciences. De nombreuses recherches montrent que les visages et les corps seuls ne communiquent aucune émotion spécifique de manière cohérente. De plus, nous savons maintenant que le cerveau n’a pas de processus séparés pour l’émotion et la cognition, et donc l’un ne peut pas contrôler l’autre. Nos expériences émotionnelles, aussi convaincantes soient-elles, ne reflètent pas la biologie de ce qui se passe en nous.

Catégories émotionnelles

Selon le Dr Feldman Barrett, nos cerveaux sont câblés pour faire des prédictions qui aident à notre survie : « C’est sûr, mais c’est dangereux » ou « Cela me fera plaisir ; cela me fera souffrir. Elle soutient que la façon dont notre cerveau interprète et catégorise ces prédictions est ce que nous ressentons comme émotion.

Cela signifie que nous avons le choix de voir nos émotions en termes de grandes catégories ou de développer une compréhension plus finement nuancée de ce que nous ressentons. Elle suggère que comprendre et décrire nos émotions en termes de catégories plus fines (par exemple, « triste », « fatigué », « anxieux » ou « en colère » – par rapport au simple fait de se sentir « mal ») nous aide à devenir plus émotionnellement intelligent et mieux y répondre.

Le Dr Feldman Barrett donne un exemple pour illustrer ce point. Elle déclare que lorsque nous voyons nos émotions comme « se sentir génial » ou « se sentir nul », nous avons des options de réponse limitées. Nous ferions généralement plus de choses qui nous aident à nous sentir «géniaux» et évitons les choses que nous associons aux sentiments «nuls». Cela nous rend moins émotionnellement intelligents que nous devons l’être.

Que se passe-t-il si la chose qui semble « nulle » aujourd’hui est en fait bonne pour vous et se traduit par de futurs sentiments « impressionnants » (par exemple, travailler dur pour réussir un examen) ? Ou que se passe-t-il si quelque chose semble « génial » au début, mais devient ensuite très « nul » plus tard (comme manger beaucoup de crêpes) ? Ou peut-être que quelque chose semble à la fois « génial » et « nul » (comme faire une présentation).

De plus, comment pouvons-nous faire la distinction entre les choses qui ne semblent qu’un peu « nulles » (comme ne pas dormir assez une nuit) et celles qui se sentent gravement « nulles » (comme avoir une migraine sévère) ? Si nous comprenons ces complexités, nous avons plus de chances de maîtriser nos émotions ou d’agir avec plus de souplesse, de la manière la mieux adaptée à la situation.

La granularité émotionnelle

L’intelligence émotionnelle nécessite donc un cerveau capable d’utiliser la prédiction pour fabriquer un large éventail flexible d’émotions différentes. Si vous vous trouvez dans une situation délicate qui a fait appel à des émotions dans le passé, votre cerveau s’en chargera en construisant l’émotion qui fonctionne le mieux. Vous serez plus efficace si votre cerveau dispose de nombreuses options parmi lesquelles choisir.

Si votre cerveau ne peut créer que des exemples stéréotypés de bonheur souriant et de tristesse boudeuse, alors c’est tout ce que vous expérimenterez et percevoirz chez les autres.

Mais si votre cerveau est équipé pour vous faire froncer les sourcils d’étonnement, sourire de joie, écarquiller les yeux de surprise, plisser les yeux d’exaspération, crier d’exitation, mijoter silencieusement notre expectation, et même créer des liens avec les autres par admiration, alors votre cerveau peut plus finement adaptez vos émotions et votre comportement à la situation. En d’autres termes, vous avez de meilleurs outils pour être émotionnellement intelligent.

Cette capacité s’appelle la granularité émotionnelle.

Lorsque vous apprenez de nouveaux mots, vous sculptez le micro-câblage de votre cerveau, lui donnant les moyens de construire de nouvelles expériences émotionnelles. Dr Lisa Feldman

La granularité émotionnelle, c’est un peu comme la dégustation de vin

La granularité émotionnelle, c’est un peu comme la dégustation du vin. Les experts en vin perçoivent des variations de saveur extrêmement subtiles, même entre différents lots d’un même vignoble. Les personnes moins expérimentées ne goûteront peut-être pas ces différences, mais peut-être pourront-elles au moins distinguer un pinot noir d’un merlot ou d’un cabernet sauvignon. Un novice en vin est beaucoup moins capable de faire ces distinctions – peut-être peut-il distinguer le vin sec du vin doux, ou peut-être qu’ils ont tous les deux simplement le goût de l’alcool.

De même, les personnes qui présentent une granularité émotionnelle élevée sont des experts en émotions. Leur cerveau peut automatiquement construire des expériences émotionnelles avec de fines différences, comme étonné, étonné, surpris, abasourdi et choqué. Pour une personne qui présente une granularité émotionnelle plus modérée, tous ces mots pourraient appartenir au même concept, « surpris ». Et pour quelqu’un qui présente une faible granularité émotionnelle, ces mots peuvent tous correspondre à un sentiment d’excitation.

Pourquoi la granularité émotionnelle est la clé de l’intelligence émotionnelle

La granularité émotionnelle est la clé de l’intelligence émotionnelle. Si votre cerveau peut construire automatiquement de nombreuses émotions différentes et faire des distinctions fines entre elles, il peut mieux adapter vos émotions à votre situation. Vous êtes également mieux équipé pour anticiper et percevoir les émotions chez les autres en un clin d’œil. Plus vous connaissez d’émotions, plus votre cerveau peut construire automatiquement une signification émotionnelle à partir des actions des autres. Même si votre cerveau est toujours en train de deviner, lorsqu’il a plus d’options pour deviner, il y a de meilleures chances qu’il devine de manière appropriée.

Comment améliorer votre intelligence émotionnelle?

Comment permettez-vous à votre cerveau de créer une plus grande variété d’émotions et d’améliorer votre intelligence émotionnelle ? Une approche consiste à apprendre de nouveaux mots émotionnels. Chaque nouveau mot donne à votre cerveau la capacité de faire de nouvelles prédictions d’émotions, que votre cerveau peut utiliser comme outil pour construire vos expériences et perceptions futures, et pour diriger vos actions. Au lieu de percevoir quelqu’un comme génériquement « heureux », apprenez à distinguer plus de détails. Sont-ils « fous de joie », « satisfaits » ou « reconnaissants » ? Sont-ils « en colère » ou « indignés » ou « rancuniers » ou « amers » ? Des émotions plus fines permettent à votre cerveau de se préparer à un éventail d’actions différentes, tandis que des émotions plus génériques (colère, content) confèrent moins d’informations et limitent votre flexibilité.

Prochain article: Liste des émotions (+PDF)

Les gens ne lisent plus. C’est une triste situation. La lecture est la seule chose qui vous permet d’utiliser votre imagination. Quand vous regardez des films, c’est la vision de quelqu’un d’autre, n’est-ce pas ?- Lemmy Kilmister (Interview in The Independent, 15 October 2005)

Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap