Sélectionner une page

 

 

 

Compétences en communication non verbale : 19 théories et découvertes

 

Le bonheur n’est pas la même chose qu’un sentiment de sens de la vie. Comment allons-nous trouver une vie qui a du sens, pas seulement une vie heureuse ?

Chers amis bonjour, quel plaisir de vous retrouver dans La Vision Mag, votre magazine spécialiste de l’auto-coaching et du leadership intérieur. Ici nous avons des conversations perspicaces autour de comment clarifier et réaliser une vision digne de votre vie grâce aux meilleures pratiques de leadership intérieur et d’auto-coaching.

Je suis Céline Folifack et aujourd’hui nous parlons de bonheur et de sens la vie. Le sens est un terme largement utilisé dans l’industrie du développement personnel. Mais que dit la science?

Le bonheur, et le sens de la vie: de quoi s’agit-il?

Les parents disent souvent : « Je veux juste que mes enfants soient heureux. » Il est inhabituel d’entendre : « Je veux juste que la vie de mes enfants ait un sens », pourtant c’est ce que la plupart d’entre nous semblent vouloir pour nous-mêmes. Nous craignons le non-sens. Lorsque nous perdons le sens, nous déprimons. Quelle est cette chose que nous appelons le sens de la vie, et pourquoi pourrions-nous en avoir tant besoin ?

 Y a-t-il une raison de vouloir du sens pour lui-même ?

Commençons par la dernière question. Bien sûr, le bonheur et la signification se chevauchent fréquemment. Peut-être qu’un certain degré de sens est une condition préalable au bonheur, une condition nécessaire mais insuffisante. Si tel était le cas, les gens pourraient rechercher le sens pour des raisons purement instrumentales, comme une étape sur la route du bonheur. Mais alors, y a-t-il une raison de vouloir du sens pour lui-même ? Et s’il n’y en a pas, pourquoi les gens choisiraient-ils des vies plus significatives qu’heureuses, comme ils le font parfois ?

La différence entre la signification et le bonheur est au centre de la recherche.

Les scientifiques ont trouvé cinq ensembles de différences majeures entre le bonheur et la signification, cinq domaines où différentes versions de la bonne vie se sont séparées.

Cinq différences entre le bien-être et le sens de la vie

Découvrons cinq différences-clés entre ces deux aspects fondamentaux de notre existence: le bonheur et le sens de la vie, que sont: la réalisation de nos besoin, l’aspect temporel, la vie sociale, le stress, et l’identit personnelle.

1- Obtenir ce dont vous avez besoin

La première différence consiste à obtenir ce que vous voulez et ce dont vous avez besoin. Sans surprise, la satisfaction des désirs est une source fiable de bonheur. Mais cela n’a rien – peut-être même moins que rien – à ajouter au sens. Les gens sont plus heureux dans la mesure où ils trouvent leur vie facile plutôt que difficile. Les gens heureux disent qu’ils ont assez d’argent pour acheter les choses qu’ils veulent et les choses dont ils ont besoin. Une bonne santé est un facteur qui contribue au bonheur mais pas au sens. Les personnes en bonne santé sont plus heureuses que les personnes malades, mais la vie des personnes malades ne manque pas de sens. Plus les gens se sentent bien souvent – un sentiment qui peut découler du fait d’obtenir ce que l’on veut ou ce dont on a besoin – plus ils sont heureux. Moins souvent ils se sentent mal, plus ils sont heureux. Mais la fréquence des bons et des mauvais sentiments s’avère sans rapport avec le sens, qui peut s’épanouir même dans des conditions très rébarbatives.

2- Le temps

Le deuxième ensemble de différences concerne l’horizon temporel. Le sens et le bonheur sont apparemment vécus très différemment dans le temps. Le bonheur concerne le présent; le sens concerne le futur ou, plus précisément, le lien entre le passé, le présent et le futur. Plus les gens passent de temps à penser à l’avenir ou au passé, plus leur vie est pleine de sens et moins heureuse. Le temps passé à imaginer l’avenir est particulièrement fortement lié à une signification plus élevée et à un bonheur plus faible. Inversement, plus les gens passent de temps à penser à l’ici et maintenant, plus ils sont heureux. La misère est souvent centrée sur le présent aussi, mais les gens sont plus souvent heureux que malheureux. Si vous voulez maximiser votre bonheur, il semble que ce soit un bon conseil de vous concentrer sur le présent, surtout si vos besoins sont satisfaits. Le sens, d’autre part, semble provenir de l’assemblage du passé, du présent et du futur dans une sorte d’histoire cohérente.

Le bonheur semble centré sur le présent et éphémère, alors que le sens s’étend dans le futur et le passé et semble assez stable. Pour cette raison, les gens pourraient penser que mener une vie pleine de sens les aide à rester heureux à long terme. Ils pourraient même avoir raison – bien que, dans les faits empiriques, le bonheur soit souvent assez constant dans le temps. Ceux d’entre nous qui sont heureux aujourd’hui sont également susceptibles d’être heureux dans des mois, voire des années, et ceux qui sont mécontents de quelque chose aujourd’hui s’avèrent généralement mécontents d’autres choses dans un avenir lointain.

On a l’impression que le bonheur vient de l’extérieur, mais le poids des preuves suggère qu’une grande partie de celui-ci vient de l’intérieur.

Malgré ces réalités, les gens vivent le bonheur comme quelque chose qui se ressent ici et maintenant, et sur lequel on ne peut pas compter pour durer. En revanche, le sens est considéré comme durable, et les gens pourraient donc penser qu’ils peuvent établir une base pour un type de bonheur plus durable en cultivant le sens.

3- La vie sociale

La vie sociale est le lieu de notre troisième ensemble de différences. Comme on pouvait s’y attendre, les liens avec les autres sont importants à la fois pour le sens et pour le bonheur. Être seul au monde est lié à de faibles niveaux de bonheur et de sens, tout comme se sentir seul. Néanmoins, c’est le caractère particulier des relations sociales qui détermine l’état qu’elles contribuent à créer. En termes simples, le sens vient de la contribution aux autres, tandis que le bonheur vient de ce qu’ils vous apportent. Cela va à l’encontre de certaines idées reçues : il est largement admis qu’aider les autres rend heureux.

La profondeur des liens sociaux peut également faire une différence dans la façon dont la vie sociale contribue au bonheur et au sens. Passer du temps avec des amis était lié à un bonheur plus élevé, mais cela n’avait aucun rapport avec le sens.

Prendre quelques bières avec des copains ou profiter d’une bonne conversation au déjeuner avec des amis peut être une source de plaisir mais, dans l’ensemble, cela ne semble pas très important pour une vie pleine de sens. En comparaison, passer plus de temps avec des êtres chers était lié à une signification plus élevée et n’était pas pertinent pour le bonheur.

La différence réside vraisemblablement dans la profondeur de la relation. Le temps avec des amis est souvent consacré à des plaisirs simples, sans grand enjeu, il peut donc favoriser de bons sentiments tout en faisant peu pour augmenter le sens. Si vos amis sont grincheux ou ennuyeux, vous pouvez simplement passer à autre chose.

Le temps avec les êtres chers n’est pas si uniformément agréable. Parfois, on doit payer des factures, faire face à des maladies ou à des réparations et faire d’autres tâches insatisfaisantes. Et bien sûr, les êtres chers peuvent aussi être difficiles, auquel cas vous devez généralement travailler sur la relation et la régler. Ce n’est probablement pas un hasard si la dispute était elle-même associée à plus de sens et moins de bonheur.

Si le bonheur consiste à obtenir ce que vous voulez, il semble que le sens consiste à faire des choses qui vous expriment.

4- Le stress

Une quatrième catégorie de différences concerne les luttes, les problèmes, le stress, etc. En général, cette-ci entraîne un bonheur plus faible et un sens de la vie plus élevé.  Des vies très significatives peuvent rencontrer de nombreux événements négatifs, qui bien sûr réduisent le bonheur.

En effet, le stress et les événements négatifs de la vie sont deux coups puissants portés au bonheur, malgré leur association positive significative avec une vie pleine de sens.

Nous commençons à avoir une idée de ce que serait une vie heureuse mais pas très significative. Le stress, les problèmes, les inquiétudes, les disputes, la réflexion sur les défis et les luttes – tout cela est particulièrement faible ou absent de la vie des personnes purement heureuses, mais ils semblent faire partie intégrante d’une vie très significative. Le passage à la retraite illustre cette différence : avec l’arrêt des exigences et du stress du travail, le bonheur augmente mais le sens diminue.

Les gens sortent-ils à la recherche de stress pour donner un sens à leur vie ? Il semble plus probable qu’ils cherchent du sens en poursuivant des projets difficiles et incertains. On essaie d’accomplir des choses dans le monde : cela apporte à la fois des hauts et des bas, donc le gain net de bonheur peut être faible, mais le processus contribue au sens de la vie.

5- L’identité personnelle

La dernière catégorie de différences concernait le soi et l’identité personnelle. Les activités qui expriment le soi sont une source importante de sens mais sont pour la plupart sans rapport avec le bonheur.

Si le bonheur consiste à obtenir ce que vous voulez, il semble que le sens consiste à faire des choses qui vous expriment. Même le simple fait de se soucier des questions d’identité personnelle et de définition de soi est associé à plus de sens, même si cela n’était pas pertinent, voire carrément préjudiciable, au bonheur. Cela peut sembler presque paradoxal : le bonheur est égoïste, dans le sens où il s’agit d’obtenir ce que vous voulez et de faire faire aux autres des choses qui vous profitent, et pourtant le soi est plus lié au sens qu’au bonheur. S’exprimer, se définir, se bâtir une bonne réputation et d’autres activités axées sur soi sont plus une question de sens que de bonheur.

 

L’exemple du mariage

Le mariage est un bon exemple de la façon dont le sens fixe le monde et augmente la stabilité. La plupart des animaux s’accouplent, et certains le font pendant de longues périodes ou même pour la vie, mais seuls les humains se marient.

La recherche révèle que les relations continuent d’évoluer et de changer, même après de nombreuses années de mariage. Cependant, le fait du mariage est constant. Vous êtes marié ou non, et cela ne fluctue pas d’un jour à l’autre, même si vos sentiments et vos actions envers votre conjoint peuvent changer considérablement. Le mariage aplanit ces bosses et aide à stabiliser la relation.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les gens sont plus susceptibles de rester ensemble s’ils sont mariés que s’ils ne le sont pas. Suivre tous vos sentiments envers votre partenaire amoureux au fil du temps serait difficile, compliqué et probablement toujours incomplet. Mais savoir quand vous avez fait la transition de non marié à marié est facile, car cela s’est produit à une occasion précise qui a été officiellement enregistrée. Le sens est plus stable que l’émotion, et donc les êtres vivants utilisent le sens dans le cadre de leur quête sans fin pour atteindre la stabilité.

Voici comment identifier votre style d’attachement

Le penseur psychanalytique autrichien Viktor Frankl, auteur de Man’s Search for Meaning (1946) a tenté de mettre à jour la théorie freudienne en ajoutant un désir universel de sens aux autres pulsions de Freud. Il a mis l’accent sur le sens du but, qui est sans aucun doute un aspect, mais peut-être pas tout. Les recherches de Baumeister pour comprendre comment les gens trouvent un sens à la vie ont abouti à une liste de quatre « besoins de sens ».

Qu’est ce qui crée le sens de la vie?

Le but de cette liste est que vous trouverez la vie significative dans la mesure où vous avez quelque chose qui répond à chacun de ces cinq besoins. À l’inverse, les personnes qui ne parviennent pas à satisfaire un ou plusieurs de ces besoins sont susceptibles de trouver la vie moins qu’adéquatement significative. Les changements concernant l’un ou l’autre de ces besoins devraient également affecter le sens que la personne donne à sa vie.

1- L’identité personnelle

Le premier besoin de sens est l’identité personnelle: qui êtes-vous?

En 1623, William Shakespeare écrivait : « un homme à son époque joue plusieurs rôles, ses actes étant de sept âges », depuis l’enfant hurlant jusqu’à la finalité de l’oubli.

De l’enfance à l’âge mature, chacun de nous développe son identité personnelle en étapes successives.

Il est peut-être impossible de porter une identité sans devenir ce que vous prétendez être. – Orson Scott Card Ender’s Game

Le terme « identité personnelle » signifie différentes choses pour différentes personnes. Les psychologues l’utilisent pour faire référence à l’image de soi d’une personne – à ses croyances sur le genre de personne que l’on est, et ce qui nous différencie des autres.

Une identité personnelle est aussi une caractéristique (ou des caractéristiques) distinctive(s) dont une personne est particulièrement fière ou qu’elle considère comme socialement conséquente, et non-modifiable.

L’identité personnelle est donc une boussole qui englobe le tangible et l’intangible, et implique les expériences, les relations, les croyances, les valeurs et les souvenirs d’une personne.

2- L’Histoire personnelle

Le second besoin de sens est narratif: quelle est votre histoire?

Nous sommes tous des conteurs naturels et nous racontons constamment à nous-mêmes et aux autres des histoires sur nos vies.

Mais, nos histoires de vie sont plus une fiction qu’une réalité. Nous croyons qu’elles sont réelles, mais elles ne sont que vaguement basées sur ce qui s’est réellement passé. Elles sont brouillées par nos interprétations, les personnes qui nous ont influencées, nos souvenirs limités et le sens que nous avons attribué à chaque événement. Habituellement, ces histoires sont inconscientes ; elles sont profondément ancrées dans notre psychisme à travers des années de répétition. Nous racontons qui nous sommes et ce qui nous est arrivé. Nous racontons des histoires sur les autres, Nous racontons des histoires sur la vie.

Mais ces histoires ne sont pas qui nous sommes. La plupart d’entre elles ne sont même pas vraies. Nous continuons à les raconter par habitude. Et continuer à les transporter perpétuera ces histoires dans notre avenir.

Mais, ce n’est pas obligé que ça se passe de cette façon.

Des études ont prouvé que même des ajustements subtils à notre histoire peuvent changer notre attitude, améliorer notre confiance en soi et réorienter notre avenir. Nous ne pourrons peut-être pas changer le passé, mais nous pouvons changer la façon dont nous le voyons, l’histoire que nous racontons, et donc comment cela nous affecte et qui nous devenons.

En changeant notre façon de voir le passé, nous pouvons mieux envisager un avenir captivant. Lorsque nous trouvons les bénédictions contenues dans les malédictions de notre passé, nous racontons notre histoire sous un nouvel angle et sommes capables de voir les défis actuels et futurs comme des opportunités.

“Comprendre votre passé peut vous aider à créer un avenir meilleur” – Robert Tew

3- La vision

Le troisième besoin de sens est une vision: où allez-vous?

Frankl avait raison : sans but, la vie n’a pas de sens. Un but est un événement ou un état futur qui structure le présent, reliant ainsi différentes époques en une seule histoire.

Les objectifs peuvent être classés en deux grandes catégories.

Les deux types d’objectifs:
  1. On peut tendre vers un objectif de transcendance qui va bien audelà du soi (gagner un championnat, devenir vice-président ou élever des enfants en bonne santé), ou
  2. vers une condition de réalisation de soi, d’épanouissement personnel (bonheur, salut spirituel, sécurité financière, sagesse).

Les gens demandent quel est le sens de la vie, comme s’il n’y avait qu’une seule réponse

Les objectifs de la vie proviennent de trois sources, donc dans un sens, chaque vie humaine a trois sources fondamentales de but.

Les trois sources des objectifs:
  1. L’un est la nature. Il vous a construit dans un but particulier, qui est de maintenir la vie en survivant et en vous reproduisant. La nature ne se soucie pas de savoir si vous êtes heureux, tout comme les gens souhaitent être heureux. Nous descendons de personnes qui étaient bonnes à se reproduire et à survivre assez longtemps pour le faire. Le but de la nature pour vous n’est pas global. Peu importe ce que vous faites un dimanche après-midi tant que vous parvenez à survivre et, tôt ou tard, à vous reproduire.
  2. La deuxième source de finalité est la culture. La culture vous dit ce qui est précieux et important. Certaines cultures vous disent exactement ce que vous êtes censé faire : elles vous désignent pour un créneau particulier (agriculteur, soldat, mère, etc.). D’autres offrent une gamme d’options beaucoup plus large et vous mettent moins de pression pour en adopter un objectif  particulier, bien qu’elles récompensent certainement certains choix plus que d’autres.
  3. Cela nous amène à la troisième source d’objectifs : vos propres choix. La société vous présente un large éventail de chemins et vous décidez lequel emprunter. Pour une raison quelconque – inclination, talent, inertie, salaire élevé, bons avantages sociaux – vous choisissez un ensemble d’objectifs pour vous-même (votre profession, par exemple). Vous créez le sens de votre vie, en étoffant l’esquisse que la nature et la culture ont fourni. Vous pouvez même choisir de le défier : de nombreuses personnes choisissent de ne pas se reproduire, et certaines choisissent même de ne pas survivre. Beaucoup d’autres résistent et se rebellent contre ce que leur culture a choisi pour eux.

4- Les valeurs

Le quatrième besoin de sens sont vos valeurs: qu’est ce qui est important?

La façon la plus simple d’illustrer vos valeurs est de vous demander « quelle personne aimerais-je incarner au quotidien dans les différentes sphères importantes de ma vie (familiale, conjugale, parentale, amicale, professionnelle, environnementale, etc.) ?».

5- La fidelité à soi

Premièrement, il y a notre authenticité extérieure: à quel point ce que nous disons et faisons correspond à ce qui se passe réellement en nous.

Deuxièmement, il y a notre authenticité intérieure: à quel point nous nous connaissons réellement et sommes conscients de nos états intérieurs.

Personne n’est entièrement authentique tout le temps dans sa présentation extérieure. Parfois, nous devons jouer la comédie pour nous en sortir. Mais certaines personnes passent plus de temps à vivre de manière inauthentique que d’autres.

C’est désagréable et préjudiciable pour nous si nous sommes piégés dans des emplois ou des relations où nous avons rarement la chance d’être nous-mêmes. Si nous sommes pris au piège, nous devons changer la situation lorsque nous le pouvons afin que nous puissions être libres de nous exprimer de manière authentique.

Plus dommageable, cependant, c’est quand nous ne nous connaissons pas et c’est notre authenticité intérieure qui est compromise.

 

« Le bonheur, c’est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie ». – Mahatma Gandhi

C’est sur ce mot que je vous dis à très bientôt. N’oubliez pas. Soyez juste VOUS.


MAINTENANT EN VENTE!

« Découvrez votre moi authentique en 23 jours! » de La Vision mag montre aux lecteurs comment se connaître et se comprendre mieux. Chaque jour, vous travaillerez sur un nouvel exercice de journalisation qui vous guidera à travers l’introspection et vous aidera à nourrir votre moi intérieur.

 

Ressources:

 

Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap