Connect with us

Hi, what are you looking for?

Gratitude

Les surprenants bénéfices de la gratitude, révélés par la science

Au cours des deux dernières décennies, les scientifiques ont fait de grands progrès vers la compréhension de la biologie
de la gratitude, les divers avantages qui accompagnent la gratitude et les façons dont les gens peuvent cultiver les sentiments de gratitude dans leur vie de tous les jours.

  • Save

Les personnes ayant des dispositions plus reconnaissantes déclarent être plus heureuses et plus satisfaites de leur vie. La gratitude fonctionne aussi comme ciment social qui colle et nourrit la formation de nouvelles amitiés, enrichit nos relations existantes et sous-tend le fondement même de la société humaine.
Mais qu’est-ce que la gratitude exactement ? D’où vient-elle ? Pourquoi certaines personnes
semblent être naturellement plus reconnaissants que d’autres ?
Et y a-t-il des moyens de cultiver davantage notre sentiments de gratitude?

Qu’est ce que la gratitude?

Tout au long de l’histoire et dans le monde entier, les chefs religieux et les philosophes ont vanté la vertu de la reconnaissance. Certains ont même décrit la gratitude comme un « ciment social » qui renforce les relations — entre amis, famille et partenaires romantiques – et sert de colonne vertébrale à la société humaine.
Mais qu’est-ce que la gratitude exactement ? D’où est ce que ça vient? Pourquoi certaines personnes semblent-elles naturellement
plus reconnaissant que les autres ? Et existe-t-il des moyens de favoriser davantage de sentiments et d’expressions de gratitude ?
Au cours des deux dernières décennies, les scientifiques ont fait de grands progrès vers la compréhension de la biologie de la gratitude, les divers avantages qui accompagnent la gratitude et les façons dont les gens peuvent cultiver des sentiments de gratitude dans leur vie de tous les jours.

La gratitude: la définition de la science

La plupart des gens ont une compréhension instinctive de ce qu’est la gratitude, mais cela peut être étonnamment difficile à définir. Est-ce une émotion ? Une vertu ? Un
comportement? En effet, la gratitude peut signifier différentes choses à différentes personnes dans différents contextes.
Cependant, les chercheurs ont développé quelques cadres pour conceptualiser la gratitude afin qu’elle puisse être étudié scientifiquement.
Par exemple, Robert Emmons et Michael McCullough définissent la gratitude comme un processus en deux étapes :

1) « reconnaître que l’on a obtenu un résultat positif » et

2) « reconnaitre qu’il y’a une source externe pour ce résultat positif.

Certains psychologues classent en outre trois types de gratitude : la gratitude comme un « trait affectif » (la tendance générale à avoir une disposition reconnaissante), une humeur (fluctuations quotidiennes de la gratitude globale) et une émotion (un sentiment plus temporaire de gratitude que l’on peut ressentir après avoir reçu un cadeau ou une faveur de quelqu’un).

Les facteurs individuels liés à la gratitude

Même si les humains en tant qu’espèce ont une propension générale à la gratitude, qu’est-ce qui détermine pourquoi un l’individu ressent de la reconnaissance ou non ? La recherche a lié une variété de facteurs, y compris la personnalité.
Plusieurs études ont trouvé des preuves suggérant que la gratitude peut être conceptualisée comme un facteur propre de personnalité.
Il existe plusieurs facteurs cognitifs qui peuvent influencer le degré de gratitude d’une personne dans une certaine situation. Ceux-ci incluent la perception intentions du bienfaiteur (c’est-à-dire si le bienfaiteur était considéré comme agissant par pur altruisme ou pour des motifs égoïstes, comme le désir d’améliorer sa réputation), le coût apparent pour
le bienfaiteur, la valeur perçue du don/faveur au destinataire, si le cadeau/la faveur était fourni par choix plutôt que par obligation.
Plusieurs études ont montré que les filles et les femmes déclarent se sentir plus reconnaissantes que les garçons et les hommes.
D’autres études ont identifié certains traits qui agissent comme des barrières à la gratitude. Ceux-ci incluent l’envie, le matérialisme, le narcissisme et le cynisme.

Facteurs sociaux et culturels liés à la gratitude

La recherche suggère également que les facteurs sociaux, y compris la religion, les influences culturelles et le style de parentalité – peuvent influencer la tendance d’une personne à faire l’expérience de la gratitude.
Plusieurs études rapportent des associations entre éléments de religiosité/spiritualité et de gratitude dispositionnelle, suggérant qu’il peut y avoir un lien entre religion et gratitude. Une étude a révélé que les personnes chargées de prier pour leur partenaire, ou prier en général, pendant quatre semaines ont signalé une plus grande gratitude à la fin de l’étude que les personnes chargées de réfléchir à leurs activités quotidiennes ou celles qui avaient des pensées positives sur leurs partenaires.

La culture peut également influencer les expériences de gratitude des gens. Par exemple, une étude a révélé que les hommes aux États-Unis ont déclaré éprouver de la gratitude moins fréquemment que ceux de l’Allemagne, et une autre étude a révélé que les enfants américains, brésiliens, chinois et russes différaient par l’âge et la mesure dans laquelle ils ont exprimé différentes formes de gratitude.
Quelques études ont examiné comment les parents pourraient influencer les expériences de gratitude de leurs enfants. Par exemple, une étude des quatrième et cinquième élèves du primaire et leurs parents biologiques trouvés une relation statistiquement significative entre la gratitude autodéclarée des enfants et leurs mères, mais pas entre les enfants et leurs pères. Une autre étude a exploré pourquoi des parents plus reconnaissants pourraient avoir plus d’enfants reconnaissants, constatant que les parents plus disposés à la reconnaissance étaient plus susceptibles de placer leurs enfants dans des situations qui pourraient évoquer des sentiments de gratitude, comme le bénévolat pour les personnes dans le besoin.

Advertisement. Scroll to continue reading.
  • Save

Les bienfaits individuels de la solitude

La recherche suggère que la gratitude peut être associée à de nombreux avantages pour les individus, y compris une meilleure santé physique et psychologique, une augmentation
du bonheur et de la satisfaction de la vie, la diminution du matérialisme, et plus encore.
Une poignée d’études suggèrent que les personnes plus reconnaissantes peuvent être en meilleure santé, et d’autres suggèrent que des pratiques scientifiquement conçues pour augmenter la gratitude peuvent aussi améliorer la santé des gens et les encourager à adopter des habitudes plus saines.
De nombreuses autres études ont examiné les liens possibles entre la gratitude et divers
éléments de bien-être psychologique. En général, les personnes plus reconnaissantes sont plus heureuses, plus satisfaites de leur vie, moins matérialistes et moins susceptibles de souffrir d’épuisement professionnel. De plus, certaines études ont montré que les pratiques de gratitude, comme tenir un « journal de gratitude » ou écrire une lettre de gratitude, peuvent augmenter le bonheur des gens et rendre leur humeur globalement positive.
La gratitude peut également profiter aux personnes soumises à divers défis médicaux et psychologiques. Par exemple, une étude a révélé que les patients cardiaques les plus reconnaissants signalaient un meilleur sommeil, moins de fatigue et des niveaux inférieurs d’inflammation cellulaire, et une autre a constaté que les patients souffrant d’insuffisance cardiaque qui gardaient un journal de gratitude pendant huit semaines étaient plus reconnaissants et avait réduit les signes d’inflammation. Plusieurs études ont également prouvé les gens reconnaissants vivent moins de dépression et sont plus résilients à la suite d’événements traumatisants.
D’autres études suggèrent que la gratitude peut être classée à la hauteur de sa réputation de « mère de toutes les vertus » en favorisant le développement d’autres vertus comme la patience, l’humilité et la sagesse.

Des études ont montré que plus les adolescents sont reconnaissants, plus ils sont intéressés et satisfaits de leur vie scolaire, ils sont plus gentils et utiles, et sont plus intégrés socialement. D’autres études  ont montré que la journalisation de gratitude en classe peut améliorer l’humeur des élèves et qu’un programme conçu pour aider les élèves à 
apprécier les avantages ce qu’ils ont tirés des autres peut réussir à apprendre aux enfants à se montrer plus reconnaissants dans leur comportement (comme écrire plus de notes de remerciements à l’APE de leur école).

La gratitude est une stratégie personnelle de gestion du stress

Lorsque nous exprimons notre gratitude, notre cerveau libère de la dopamine et de la sérotonine, les deux neurotransmetteurs responsables de nos émotions, et ils nous font nous sentir « bien ». Ils améliorent notre humeur immédiatement, nous faisant sentir heureux de l’intérieur. En pratiquant consciemment la gratitude chaque jour, nous pouvons aider ces voies neuronales à se renforcer et finalement à créer une nature reconnaissante et positive en nous-mêmes qui renforce notre force intérieure pour combattre le stress.

La gratitude renforce la résilience émotionnelle en :

• Nous aidant à voir les choses positivement dans la vie
• Combattant les ruminations négatives et remplacant les pensées pessimistes par des pensées optimistes
• Restant ancré et acceptant la situation actuelle, même si c’est une dure réalité
• Identifiant et se concentrant uniquement sur les solutions
• Maintenant une bonne santé en régulant notre fonctionnement métabolique et en contrôlant les déséquilibres hormonaux
• Entretenant des relations et appréciant les gens qui sont là pour nous. En conséquence, nous nous sentons plus aimés, soignés et pleins d’espoir.

Avantages sociaux de la gratitude

Compte tenu de son rôle de « ciment social », il ne devrait pas être surprenant que les preuves indiquent les avantages sociaux de la gratitude. La recherche suggère que la gratitude incite les gens à être plus généreux, gentils et serviables (ou « prosociaux »); avec pour conséquences un renforcement des relations, y compris les relations amoureuses ; ainsi que l’amélioration du climat sur les lieux de travail.
Plusieurs études ont ainsi soutenu le lien
entre la gratitude et le comportement prosocial. Ces études ont montré que les personnes les plus reconnaissantes sont plus serviables et généreuses et que la manipulation expérimentale des sentiments de gratitude des gens peut les amener à être plus serviables et généreux— grâce à des activités telles que la rédaction d’une lettre de gratitude.
La gratitude est également importante pour former et maintenir des relations sociales. La recherche  soutient ce que certains chercheurs appellent la fonction « trouver, rappeler et lier » de la gratitude :
En sensibilisant les gens à la prévenance des autres, la gratitude les aide à « trouver » ou à identifier les personnes qui sont de bons candidats pour des relations de qualité; cela aide aussi à « rappeler » les gens de la qualité de leurs relations existantes ;
et cela les « lie » à leurs partenaires et amis, lesquels se sentant appréciés, sont encouragés à adopter des comportements qui les aideront à prolonger leurs relations. Par exemple, une
étude a révélé que les participants qui ont été remerciés pour aider un étudiant sur un devoir étaient plus intéressé à collaborer avec cet étudiant dans l’avenir.

Une autre étude a révélé que les partenaires qui ont eu une série de conversations exprimant leur gratitude réciproquee ont signalé plus d’améliorations dans leur bien-être personnel et dans le bien-être de leur relation que les partenaires qui avaient des conversations révélant quelque chose de personnel
à propos d’eux-mêmes.

Qui pratique la stimulation de la gratitude?

Certains traits rendent les gens plus disposés à pratiquer des activités de gratitude. Des études ont trouvé que les personnes qui ont un fort désir de changer leur mode de vie (Kaczmarek et al., 2013), les personnes avec une grande curiosité (Kaczmarek, Kashdan, Drazkowski, Bujacz et Goodman, 2014), et les personnes présentant moins de symptômes dépressifs sont plus susceptibles de s’inscrire à une intervention de gratitude (Kaczmarek, Kashdan, et al., 2014), et les femmes sont plus susceptibles de s’inscrire que les hommes
(Kaczmarek, Kashdan, et al., 2014). Fait intéressant, une autre étude a révélé que fournir un soutien pédagogique, sous forme de témoignages écrits sur la meilleure façon de mener une action de gratitude , a eu un effet paradoxal et a diminué l’intention des personnes d’essayer l’intervention (Kaczmarek, Goodman, et al., 2014).
Quand il s’agit de compléter une intervention de gratitude, une étude a révélé que les étudiants étaient plus susceptibles de commencer une intervention de gratitude dans un journal qu’une intervention dans une lettre de gratitude, peut-être parce qu’ils estimaient que la gratitude par lettre était moins efficace ; les étudiants avec un niveau élevé de disposition à la gratitude étaient également plus susceptibles pour mener à bien une intervention, et les femmes étaient plus susceptibles de terminer l’intervention que
hommes (Kaczmarek et al., 2015). Une autre étude à constaté que les personnes avec plus d’agence-ceux qui étaient plus déterminés à atteindre leurs objectifs—étaient plus susceptibles de terminer une intervention de comptage des bénédictions que les personnes ayant moins de libre arbitre.

Quelques pratiques de stimulation de la gratitude

Comment développer notre capacité de ressentir et d’exprimer de la gratitude dans la vie de tous les jours? La science nous propose plusieurs outils.

1- Le journal de gratitude: comptez vos bénédictions

Dans une étude de 2003, Emmons et McCullough introduisent une pratique (intervention) visant à accroître la gratitude qu’ils appelaient « compter les bénédictions » (Emmons & McCullough, 2003). Cette activité consiste à écrire cinq choses dont les participants étaient reconnaissants (le « décompte des bénédictions ») quotidien ou hebdomadaire. Depuis qu’Emmons et McCullough ont publié cette étude, de nombreux autres chercheurs ont mené diverses expériences en utilisant des variations du comptage de bénédictions / gratitude.

Advertisement. Scroll to continue reading.
  • Save

2- Trois bonnes choses

Dans une étude de 2005, Martin Seligman et ses collègues ont testé une variante du comptage des bénédictions, qu’ils ont appelée « Trois bonnes choses » (Seligman et al., 2005). Cette activité implique non seulement d’écrire trois choses qui se sont bien passées mais aussi d’identifier les causes de ces bonnes choses.

3- Soustraction mentale

Une autre variante du comptage des bénédictions, le paradigme est appelé « soustraction mentale ». Cette activité consiste à imaginer ce que serait la vie si un événement positif ne s’était pas produit (Koo, Algoe, Wilson et Gilbert, 2008). Dans un ensemble d’expériences, des gens qui ont écrit sur ce qui serait arrivé si des événements positifs dans leur vie ne s’étaient pas produit ont signalé une amélioration de l’humeur, fournissant la preuve de ce que les chercheurs appellent l’ »Effet George Bailey » d’après le protagoniste du
célèbre film de 1946 « It’s a wonderful life ».

4- Lettres/visites de gratitude

L’étude de Seligman de 2005 comprenait également une « visite de gratitude », intervention dans laquelle les participants ont écrit et remis une lettre de remerciement en personne à quelqu’un qu’ils n’avaient jamais vraiment remercié (Seligman et al., 2005) [418]. Un certain nombre d’autres des études ont testé des variations de la gratitude par lettre/visite (Watkins et al., 2003)  (Lyubomirsky et al., 2011) [427] (Toepfer et
al., 2012) (Froh, Kashdan, et al., 2009).

5- Reflet de la mort

Réfléchir à sa mort peut aussi augmenter la gratitude (Frias, Watkins, Webber, & Froh, 2011) .
Dans une étude, des étudiants de premier cycle à qui il était demandé soit d’imaginer mourir d’une manière très spécifique et viscérale, soit de façon plus générale d’imaginer leur mort, ont ressenti plus de gratitude après l’intervention que les étudiants à qui il a été demandé de réfléchir à une « journée type ». « Parce que notre existence est un bienfait constant auquel on s’adapte facilement, c’est un avantage qui est facilement pris pour
accordé », écrivent les chercheurs. « Se reflèter sur sa propre mort pourrait aider les individus à prendre conscience de cet avantage et par conséquent augmenter leur appréciation de la vie.

6- La consommation expérentielle

Une autre étude pointe ce qui pourrait être une méthode surprenante pour augmenter la gratitude : la « consommation expérientielle », c’est-à-dire dépenser de l’argent pour des expériences plutôt que des choses (Walker, Kumar, & Gilovitch, 2016). À travers six expériences, cette étude a révélé que les gens ressentaient et exprimaient plus de gratitude suite à l’achat d’une expérience (par exemple, des billets de concert ou des repas au restaurant) qu’un achat d’un bien matériel (par exemple, des vêtements ou des bijoux). Selon les chercheurs, ces expériences suggèrent que « comme un comportement naturaliste qui est relativement résistant à l’adaptation, la consommation expérientielle peut être un moyen particulièrement facile d’encourager l’expérience de la gratitude.

Comment mesurer la gratitude?

Au début d’une routine d’exercice, on peut vouloir une base à partir de laquelle commencer l’amélioration de sa condition physique. Commencer une pratique de gratitude ne devrait pas être différent. Connaître son niveau actuel de gratitude donne ce même type de base à partir de laquelle s’efforcer de s’améliorer. La gratitude est un mode de vie, et la pratique renforce les muscles mentaux qui se manifestent par des émotions positives.

Comme la conceptualisation de la gratitude varie selon les chercheurs, une échelle de mesure plus large a été proposée (Morgan, Gulliford et Kristjánsson, 2017). La mesure de la gratitude à composantes multiples mesure la vertu de la gratitude en 4 composantes différentes :

1. Compréhension de la gratitude
2. Émotions de gratitude
3. Attitudes envers la gratitude et
4. Comportements de gratitude.

Le questionnaire de gratitude

L’échelle GQ-6 du questionnaire de gratitude (McCullough, Emmons et Tsang, 2002) est l’une des évaluations les plus fréquemment utilisées en matière de gratitude. Il a été initialement développé pour être utilisé dans la recherche afin de mesurer l’expérience de gratitude des gens en tant qu’émotion ou affect. La notation et les normes ont montré diverses gammes d’expérience.

Advertisement. Scroll to continue reading.
  • Save

Cet outil est un questionnaire d’auto-évaluation qui mesure la tendance à reconnaître, à répondre et à éprouver de la gratitude. Les participants répondent sur une échelle de Likert en 7 points allant de (1) fortement en désaccord à (7) fortement d’accord. Il y a deux éléments formulés négativement qui sont codés en sens inverse. Les scores vont de 6 à 42, les nombres les plus élevés étant corrélés à une plus grande disposition à la gratitude.

Ce questionnaire mesure l’intensité, la fréquence, l’étendue et la densité de la gratitude en tant qu’émotion. Au sein de ces quatre facettes, une personne qui les expérimente en plus grand nombre suscite plus de gratitude en tant qu’état affectif. Ce type de disposition se manifeste par des niveaux plus élevés de satisfaction à l’égard de la vie autodéclarée.

Savoir par où commencer sa pratique de la gratitude améliorera la probabilité d’une pratique continue si des objectifs sont fixés. Mettre la mesure à cette pratique rend également cet objectif mesurable. Fixer un délai pour l’amélioration de la pratique vous donne également un objectif dans votre pratique quotidienne.

Le côté obscur de la gratitude

Il existe des preuves que la gratitude a un côté sombre important qui justifie une exploration plus approfondie. Par exemple, une étude a révélé que les personnes handicapées qui comptaient sur un soutien informel pour leurs soins se sentait souvent accablés par la gratitude. Spécifiquement, ils ont déclaré  se sentir obligés d’exprimer leur gratitude afin d’obtenir le soutien dont ils avaient besoin et ont exprimé leur honte et leur frustration face à la nature unilatérale de leurs relations de dépendance. En revanche, les personnes handicapées qui ont pu payer pour un soutien formel signalé se sentir plus à l’aise et plus en contrôle de leur vie (Galvin, 2004) .
La gratitude, tout en aidant à former et entretenir des relations, peut parfois jouer un rôle néfaste. Par exemple, la recherche suggère que des problèmes relationnels peuvent survenir quand la gratitude devient une sorte de monnaie, et un (ou les deux) partenaire(s) se sent « sous-payé(s) » (Kubacka et al., 2011), et une étude récente des survivants de violence dans les fréquentations suggère que les survivants avec plus de gratitude dispositionnelle peuvent travailler plus dur que les gens moins reconnaissants pour essayer de maintenir une relation dans laquelle ils sont abusés (Griffin et al., 2016). Un autre revers de la capacité de la gratitude à faciliter le lien social est que cela peut également compliquer la tâche des personnes qui ont reçu un don important ou une faveur pour établir des limites relationnelles appropriées (Lavelock et al., 2016).
En fait, dans les situations de préjudice, d’iniquité et d’injustice, « un manque de gratitude peut être une réponse plus morale », écrit Liz Jackson, professeure agrégée d’éducation à l’Université de Hong Kong (Jackson, 2016). Elle continue : « Promouvoir la gratitude propositionnelle envers les personnes de couleur défavorisées aux États-Unis, les travailleurs manuels, les personnes en couple abusif ou les enfants en mauvaise situation familiale peut avoir l’effet pervers de maintenir les abus. Ces éléments plus sombres de l’expérience de gratitude justifient une enquête plus approfondie.

Réflexions sur la gratitude

Selon Cicéron, la gratitude est plus que « la plus grande des vertus », c’est aussi « la mère de toutes les autres » vertus.
À bien des égards, la recherche appuie ce sentiment. L’expérience de la gratitude nous encourage à apprécier ce qui est bon dans nos vies et nous oblige à payer cette bonté avec de la bonté.

Un message à retenir

Nous avons tous besoin de progresser en gratitude,  il n’y a pas besoin de stresser pour cela car c’est une aptitude qui s’installe naturellement, en autonomie, lorsque nous décidons d’en faire un style de vie, et de consacrer quelques minutes par jour à développer cet aspect de notre caractère.

Utilisez les techniques partagées ci-dessus, ainsi que les autres ressources de Vision Magazine, pour développer l’art de compter les grâces de votre vie, et de remercier leurs sources.

Nous espérons que vous avez été inspiré par la lecture de cet article. Vos commentaires sont appréciés.

Advertisement. Scroll to continue reading.
  • Save

Soyez brillant !

Sources
[1] Holmes, T.H. and Rahe, R.H. (1967). ‘The Social Readjustment Rating Scale,’ Journal of Psychosomatic Research, 11(2), 13-218. Available here.[2] Woon, T.-H. et al. (1971). ‘The Social Readjustment Rating Scale: A Cross-Cultural Study of Malaysians and Americans,’ Journal of Cross-Cultural Psychology, 2(4), 373-386. Available here.
Beck, J., & Beck, A. (2011). Cognitive behavior therapy: Basics and beyond. Guilford Press.
Bergstrom, C. (2018). Ultimate mindfulness activity book: 150 mindfulness activities for kids and teens (and grown-ups too!). Blissful Kids.
Babakhani, K. (2017). The effectiveness of cognitive-behavioral therapy group on self-efficacy and quality of life of women with breast cancer. Multidisciplinary Cancer Investigation, 1(1).
Brosschot, J. F., Verkuil, B., & Thayer, J. F. (2016). The default response to uncertainty and the importance of perceived safety in anxiety and stress: An evolution-theoretical perspective. Journal of Anxiety Disorders, 41, 22–34.
Cassidy, T. (2016). Psychological benefits of adhering to a programme of aerobic exercise. Clinical and Experimental Psychology, 2(2).
Dankiw, K. A., Tsiros, M. D., Baldock, K. L., & Kumar, S. (2020). The impacts of unstructured nature play on health in early childhood development: A systematic review. PLoS One, 15(2).
De Vibe, M., Solhaug, I., Tyssen, R., Friborg, O., Rosenvinge, J. H., Sørlie, T., & Bjørndal, A. (2013). Mindfulness training for stress management: A randomized controlled study of medical and psychology students. BMC Medical Education, 13(107).
Goessl, V. C., Curtiss, J. E., & Hofmann, S. G. (2017). The effect of heart rate variability biofeedback training on stress and anxiety: A meta-analysis. Psychological Medicine, 47(15), 2578–2586.
Hansmann, R., Hug, S., & Seeland, K. (2007). Restoration and stress relief through physical activities in forests and parks. Urban Forestry & Urban Greening, 6(4), 213–225.
Jerath, R., Edry, J. W., Barnes, V. A., & Jerath V. (2006). Physiology of long pranayamic breathing: Neural respiratory elements may provide a mechanism that explains how slow deep breathing shifts the autonomic nervous system. Medical Hypotheses, 67(3), 566–571.
Kruk, M. R., Halász, J., Meelis, W., & Haller, J. (2004). Fast positive feedback between the adrenocortical stress response and a brain mechanism involved in aggressive behavior. Behavioral Neuroscience, 118(5), 1062–1070.
Lee, C. S., Park, S. U., & Hwang, Y. K. (2016). The structural relationship between mother’s parenting stress and child’s wellbeing: The mediating effects of mother’s growth mindset and hope. Indian Journal of Science and Technology, 9(36).
Matzer, F., Nagele, E., Lerch, N., Vajda, C., & Fazekas, C. (2017). Combining walking and relaxation for stress reduction: A randomized cross-over trial in healthy adults. Stress and Health, 34(2), 266–27.
Poulsen, D. V., Stigsdotter, U. K., Djernis, D., & Sidenius, U. (2016). ‘Everything just seems much more right in nature’: How veterans with post-traumatic stress disorder experience nature-based activities in a forest therapy garden. Health Psychology Open, 3(1).
Sevinc, G., Hölzel, B. K., Hashmi, J., Greenberg, J., McCallister, A., Treadway, M., … Lazar, S. W. (2018). Common and dissociable neural activity after mindfulness-based stress reduction and relaxation response programs. Psychosomatic Medicine, 80(5), 439–451.
Seyyed Moharrami, I., Pashib, M., Tatari, M., & Mohammadi, S. (2017). The efficiency of stress management group therapy in job‌ stress and self-efficacy of nurses. Journal of Torbat Heydariyeh University of Medical Sciences, 5(1), 42–49
Strauss, C., Gu, J., Pitman, N., Chapman, C., Kuyken, W., & Whittington, A. (2018). Evaluation of mindfulness-based cognitive therapy for life and a cognitive behavioral therapy stress-management workshop to improve healthcare staff stress: Study protocol for two randomized controlled trials. Trials, 19(209).
Varvogli, L. & Darviri, C. (2011). Stress management techniques: Evidence-based procedures that reduce stress and promote health. Health Science Journal, 5, 74–89.
Folkman, S., & Moskowitz, J. T. (2004). Coping: Pitfalls and promise. Annual Review of Psychology 55(1), 745–774.
Godoy, L. D., Rossignoli, M. T., Delfino-Pereira, P., Garcia-Cairasco, N., & Umeoka, E. H. L. (2018). A comprehensive overview on stress neurobiology: Basic concepts and clinical implications. Frontiers in Behavioral Neuroscience, 12.
Lee, M., Lee. J., Park, B. J., & Miyazaki, Y. (2015). Interaction with indoor plants may reduce psychological and physiological stress by suppressing autonomic nervous system activity in young adults: A randomized crossover study. Journal of Physiological Anthropology 34(1), 21.
Marshall, G. D. (2011). The adverse effects of psychological stress on immunoregulatory balance: Applications to human inflammatory diseases. Immunology and Allergy Clinics of North America 31(1), 133–140.
Mostajeran, F., Krzikawski, J., Steinicke, F., & Kühn, S. (2021). Effects of exposure to immersive videos and photo slideshows of forest and urban environments. Scientific Reports, 11(1), 3994.
Pluhar, E., McCracken, C., Griffith, K. L., Christino, M. A., Sugimoto, D., & Meehan III, W. P. (2019). Team sport athletes may be less likely to suffer anxiety or depression than individual sport athletes. Journal of Sports Science & Medicine 18(3), 490–496.
Porter, A. M., & Goolkasian, P. (2019). Video games and stress: How stress appraisals and game content affect cardiovascular and emotion outcomes. Frontiers in Psychology, 10.
Pressman, S. D., Matthews, K. A., Cohen, S., Martire, L. M., Scheier, M., Baum, A., & Schulz, R. (2009). Association of enjoyable leisure activities with psychological and physical well-being. Psychosomatic Medicine 71(7), 725–732.
Roy, A., & Ferguson, C. J. (2016). Competitively versus cooperatively? An analysis of the effect of game play on levels of stress. Computers in Human Behavior 56, 14–20.
Russoniello, C. V., O’Brien, K., & Parks, J. M. (2009). The effectiveness of casual video games in improving mood and decreasing stress. Journal of CyberTherapy & Rehabilitation, 2(1), 53–66.
Takeda, F., Noguchi, H., Monma, T., & Tamiya, N. (2015). How possibly do leisure and social activities impact mental health of middle-aged adults in Japan? An evidence from a national longitudinal survey. PLoS ONE 10(10).
Varvogli, L., & Darviri, C. (2011). Stress management techniques: Evidence-based procedures that reduce stress and promote health. Health Science Journal 5(2), 74–89.
The american institute of stress
Written By

Inspirée par ses deux fils, Céline s'est donné pour mission d'aider chaque personne à définir une marque personnelle authentique, équilibrée et créative ! Céline utilise les techniques d'introspection, la psychologie positive, et l’écriture thérapeuthique, pour améliorer la capacité des personnes à se mieux se comprendre. Sa promesse est résumée en trois phrases, qui sont tout un programme: « Vous allez commencer à courir avec votre vision,… et promis: vous allez aimer votre vie. Ensuite, vous allez voir plus grand et élever vos standards, parce que c’est vous qui décidez.. et vous allez VRAIMENT aimer votre vie! Mais pour commencer, vous allez trouver QUI vous êtes vraiment ! » 📚 Céline aime lire depuis l'enfance; elle apprécie le privilège d'accéder à l'esprit de quelqu'un d'autre et d'être invitée à découvrir un nouveau point de vue et une nouvelle perspective. 📗 Un livre qu'elle a récemment recommandé est "The Squiggly Career" par Helen Tupper & Sarah Ellis. Les auteures viennent également de publier "You Coach You".

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ebook Gratuit

Édition reliée

Newsletter Premium

Le parcours Liberté

Vous Aimerez Aussi

Introspection

Vous ne savez pas comment démarrer une pratique d'écriture ou de journalisation consciente ? Voici sept conseils d'écriture recommandés par des experts pour vous aider...

Vision

L’argent sera toujours une ressource « limitée ». Vous n’aurez jamais tout ce dont vous avez besoin pour réaliser votre rêve. Il y aura...

Introspection

La question miracle ouvre la porte aux possibilités . Pour ce faire, elle vous demande simplement de réfléchir à ce à quoi pourrait ressembler...

Introspection

Beaucoup d’entre nous préfèrent la route facile. Nous possédons une tendance naturelle à nous en tenir au statu quo, à résister à l’inconnu, à...

Share via
Copy link
Powered by Social Snap