Qu'est-ce que la neuroplasticité ? Les psychologues expliquent [+14 outils]

Qu’est ce que la neuroplasticité? C’est la capacité dite « plasticité cérébrale », qui vous permet d’acquérir de nouvelles compétences, de recueillir et d’utiliser de nouvelles informations et de vous remettre d’une lésion cérébrale. Comment pouvez-vous recâbler votre cerveau?

Qu’est-ce que la neuroplasticité ? Les psychologues expliquent

Les circonstances peuvent changer et vous aussi. C’est peut-être l’un des avantages de la neuroplasticité.

Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur la définition de la neuroplasticité, certains experts utilisent le terme pour désigner la capacité du cerveau à s’adapter au changement et à apprendre. D’autres professionnels l’utilisent pour décrire la capacité du cerveau à se développer, à changer et à guérir.

Qu’est ce que la neuroplasticité: que dit la psychologie ?

La neuroplasticité fait référence à la capacité du cerveau à s’adapter. Ou, comme le dit le Dr Campbell :

« Cela fait référence aux changements physiologiques dans le cerveau qui se produisent à la suite de nos interactions avec notre environnement. À partir du moment où le cerveau commence à se développer in utero jusqu’au jour de notre mort, les connexions entre les cellules de notre cerveau se réorganisent en réponse à nos besoins changeants. Ce processus dynamique nous permet d’apprendre et de nous adapter à différentes expériences » – Celeste Campbell (n.d.).

Nos cerveaux sont vraiment extraordinaires ; contrairement aux ordinateurs, qui sont construits selon certaines spécifications et reçoivent périodiquement des mises à jour logicielles, notre cerveau peut en fait recevoir des mises à jour matérielles en plus des mises à jour logicielles. Différentes voies se forment et s’endorment, se créent et se défont, selon nos expériences.

Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau, nous créons de nouvelles connexions entre nos neurones. Nous recâblons nos cerveaux pour nous adapter aux nouvelles circonstances. Cela se produit au quotidien, mais c’est aussi quelque chose que nous pouvons encourager et stimuler.

Qu’est ce que la neuroplasticité: une brève histoire

Le terme « neuroplasticité » a été utilisé pour la première fois par le neuroscientifique polonais Jerzy Konorski en 1948 pour décrire les changements observés dans la structure neuronale (les neurones sont les cellules qui composent notre cerveau), bien qu’il n’ait été largement utilisé que dans les années 1960.

Cependant, l’idée remonte encore plus loin (Demarin, Morović, & Béne, 2014) – le « père des neurosciences », Santiago Ramón y Cajal, parlait de « plasticité neuronale » au début des années 1900 (Fuchs & Flügge, 2014). Il a reconnu que, contrairement à la croyance actuelle à l’époque, le cerveau pouvait en effet changer après qu’une personne avait atteint l’âge adulte.

Dans les années 1960, on a découvert que les neurones pouvaient « se réorganiser » après un événement traumatique. D’autres recherches ont montré que le stress peut modifier non seulement les fonctions mais aussi la structure du cerveau lui-même (Fuchs & Flügge, 2014).

À la fin des années 1990, des chercheurs ont découvert que le stress pouvait en fait tuer les cellules cérébrales, bien que ces conclusions ne soient pas encore tout à fait certaines.

Pendant de nombreuses décennies, on a pensé que le cerveau était un « organe non renouvelable », que les cellules cérébrales sont conférées en quantité finie et qu’elles meurent lentement à mesure que nous vieillissons, que nous essayions de les garder ou non. Comme l’a dit Ramón y Cajal, « dans les centres pour adultes, les voies nerveuses sont quelque chose de fixe, de terminé, d’immuable. Tout peut mourir, rien ne peut se régénérer » (cité dans Fuchs & Flügge, 2014).

Cette recherche a révélé qu’il existe d’autres façons pour les cellules cérébrales de mourir, d’autres façons pour elles de s’adapter et de se reconnecter, et peut-être même des façons pour elles de repousser ou de se reconstituer. C’est ce qu’on appelle la « neurogenèse ».

Neuroplasticité vs neurogenèse

Bien que liées, la neuroplasticité et la neurogenèse sont deux concepts différents.

La neuroplasticité est la capacité du cerveau à former de nouvelles connexions et voies et à modifier la façon dont ses circuits sont câblés ; la neurogenèse est la capacité encore plus étonnante du cerveau à développer de nouveaux neurones (Bergland, 2017).

Vous pouvez voir comment la neurogenèse est un concept plus excitant. C’est une chose de travailler avec ce que nous avons déjà, mais le potentiel de remplacer réellement les neurones qui sont morts peut ouvrir de nouvelles frontières dans le traitement et la prévention de la démence, la récupération après des lésions cérébrales traumatiques et d’autres domaines auxquels nous n’avons probablement même pas pensé.

Qu’est ce que la neuroplasticité: théorie et  principes

Avant de prendre trop d’avance sur nous-mêmes, prenons un moment pour examiner la théorie et les principes qui sous-tendent la neuroplasticité.

Tout d’abord, il convient de noter que, bien que nous ayons une définition assez succincte de la neuroplasticité ci-dessus, la réalité est un peu moins bien définie. Les experts en neuroplasticité Christopher A. Shaw et Jill C. McEachern le décrivent ainsi :

LIRE AUSSI:   Comment vivre par intention, et pas par défaut

« Alors que de nombreux neuroscientifiques utilisent le mot neuroplasticité comme terme générique, cela signifie différentes choses pour les chercheurs dans différents sous-domaines… En bref, un cadre convenu d’un commun accord ne semble pas exister » (2001).

Shaw et McEachern écrivent qu’il existe deux perspectives principales sur la neuroplasticité :

  1. La neuroplasticité est un processus fondamental qui décrit tout changement dans l’activité neuronale finale ou la réponse comportementale, ou ;
  2. La neuroplasticité est un terme générique désignant une vaste collection de différents phénomènes de changement et d’adaptation du cerveau.

La première perspective se prête à une théorie unique de la neuroplasticité avec quelques principes de base, et cette recherche sur le sujet contribuerait à un cadre unique et global de la neuroplasticité. La deuxième perspective nécessiterait de nombreux cadres et systèmes différents pour comprendre chaque phénomène.

Malheureusement, il n’existe toujours pas de théorie unificatrice de la neuroplasticité que je puisse exposer en termes simples ici. Tout ce que je peux dire avec certitude, c’est qu’il s’agit encore d’un domaine jeune et que de nouvelles découvertes apparaissent chaque jour.

Ce que nous savons actuellement, c’est qu’il existe deux principaux types de neuroplasticité :

  1. La neuroplasticité structurelle, dans laquelle la force des connexions entre les neurones (ou synapses) change.
  2. La neuroplasticité fonctionnelle, qui décrit les changements permanents dans les synapses dus à l’apprentissage et au développement (Demarin, Morović, & Béne, 2014).

Les deux types ont un potentiel passionnant, mais la neuroplasticité structurelle est probablement celle qui est la plus étudiée en ce moment ; nous savons déjà que certaines fonctions peuvent être réacheminées, réapprises et rétablies dans le cerveau, mais les modifications de la structure réelle du cerveau sont à l’origine de nombreuses possibilités passionnantes.

Neuroplasticité et psychologie

La théorie et les principes de la neuroplasticité:
Ces nouvelles pistes de recherche sont passionnantes pour les neuroscientifiques, les biologistes et les chimistes, mais elles le sont également pour les psychologues.

En plus des changements dans le fonctionnement du cerveau et des adaptations fonctionnelles, la neuroplasticité offre également des pistes potentielles de changement psychologique.

Comme le note Christopher Bergland (2017),

« On pourrait spéculer que ce processus ouvre la possibilité de se réinventer et de s’éloigner du statu quo ou de surmonter des événements traumatisants passés qui évoquent l’anxiété et le stress. Les souvenirs câblés basés sur la peur conduisent souvent à des comportements d’évitement qui peuvent vous empêcher de vivre pleinement votre vie.

Nous utilisons déjà des médicaments et des produits chimiques pour changer le fonctionnement de notre cerveau, et la psychologie a certainement déployé des tonnes d’efforts pour apprendre à changer le fonctionnement du cerveau en modifiant nos schémas de pensée. Et si nous pouvions vraiment apporter des changements permanents et significatifs à la structure et au fonctionnement de notre cerveau grâce à des activités simples que nous faisons souvent au cours d’une journée normale ?

C’est là qu’intervient l’importance de l’apprentissage.

Neuroplasticité et apprentissage

La relation entre la neuroplasticité et l’apprentissage est facile à deviner : lorsque nous apprenons, nous formons de nouvelles voies dans le cerveau. Chaque nouvelle leçon a le potentiel de connecter de nouveaux neurones et de changer le mode de fonctionnement par défaut de notre cerveau.

Bien sûr, tous les apprentissages ne sont pas créés égaux – apprendre de nouveaux faits ne profite pas nécessairement de l’étonnante neuroplasticité du cerveau, mais apprendre une nouvelle langue ou un instrument de musique le fait certainement. C’est grâce à ce type d’apprentissage que nous pourrons peut-être comprendre comment recâbler délibérément le cerveau.

La mesure dans laquelle nous appliquons les capacités quasi magiques du cerveau dépend également de notre investissement dans la promotion de la neuroplasticité et de notre approche de la vie en général.

Article connexe: Améliorez votre focalisation, votre créativité et votre productivité avec votre cerveau au travail.

L’état d’esprit de croissance et la neuroplasticité

L’état d’esprit de croissance est une mentalité selon laquelle les compétences, talents et capacités innés d’une personne peuvent être développés et/ou améliorés avec détermination, tandis que la neuroplasticité fait référence à la capacité du cerveau à s’adapter et à se développer au-delà de la période de développement habituelle de l’enfance.

Une personne avec un état d’esprit de croissance croit qu’elle peut devenir plus intelligente, meilleure ou plus compétente dans quelque chose grâce à un effort soutenu, ce qui est exactement ce que nous dit la neuroplasticité. Vous pourriez dire qu’un état d’esprit de croissance accepte simplement l’idée de la neuroplasticité à un niveau large !

La neuroplasticité change-t-elle avec l’âge ?
Comme vous vous en doutez, la neuroplasticité change définitivement avec l’âge, mais ce n’est pas aussi noir et blanc qu’on pourrait le penser.

La neuroplasticité chez les enfants

Le cerveau des enfants grandit, se développe et change constamment. Chaque nouvelle expérience provoque un changement dans la structure, la fonction ou les deux du cerveau.

À la naissance, chaque neurone du cerveau d’un nourrisson a environ 7 500 connexions avec d’autres neurones ; à l’âge de 2 ans, les neurones du cerveau ont plus du double du nombre de connexions dans un cerveau adulte moyen (Mundkur, 2005). Ces connexions sont lentement éliminées au fur et à mesure que l’enfant grandit et commence à former ses propres modèles et connexions uniques.

LIRE AUSSI:   Les neurosciences de la gratitude et ses effets sur le cerveau

Il existe quatre principaux types de neuroplasticité observés chez les enfants :

  1. Adaptatif : changements qui se produisent lorsque les enfants pratiquent une compétence particulière et permettent au cerveau de s’adapter aux changements fonctionnels ou structurels du cerveau (comme les blessures) ;
  2. Avec facultés affaiblies : des modifications surviennent en raison de troubles génétiques ou acquis ;
  3. Excessive : la réorganisation de nouvelles voies inadaptées pouvant entraîner des handicaps ou des troubles ;
  4. Plasticité qui rend le cerveau vulnérable aux blessures : des voies neuronales nocives se forment qui rendent les blessures plus probables ou plus percutantes (Mundkur, 2005).

Ces processus sont plus forts et plus prononcés chez les jeunes enfants, ce qui leur permet de se remettre d’une blessure beaucoup plus efficacement que la plupart des adultes. Chez les enfants, des cas profonds de croissance, de récupération et d’adaptation neuroplastiques peuvent être observés.

La neuroplasticité chez l’adulte

Cette capacité n’est pas absente chez les adultes, mais elle est généralement moins observée que chez les enfants et à des forces plus faibles; cependant, le cerveau adulte est encore capable de changements extraordinaires.

Il peut restaurer des connexions et des fonctions anciennes et perdues qui n’ont pas été utilisées depuis un certain temps, améliorer la mémoire et même améliorer les compétences cognitives globales.

Le potentiel n’est généralement pas aussi grand chez les personnes âgées que chez les enfants et les jeunes adultes, mais avec un effort soutenu et un mode de vie sain, les adultes sont tout aussi capables de promouvoir un changement positif et une croissance dans leur cerveau que les jeunes générations.

Pour voir quelques-unes des façons étonnantes dont la neuroplasticité peut affecter le cerveau adulte, lisez la suite !

Recherches et études sur la neuroplasticité

Alors, quelles nouvelles choses avons-nous apprises sur la neuroplasticité ces derniers temps ? En fait, un peu!

Voici quelques-uns des développements les plus récents et les plus passionnants dans le domaine :

  1. Les environnements enrichis (saturés de nouveauté, d’attention focalisée et de défi) sont essentiels pour promouvoir la neuroplasticité et peuvent provoquer une croissance et une adaptation positive longtemps après la fin de la « période d’apprentissage critique » de la petite enfance et du début de l’âge adulte (Kempermann et al., 2002 ; Vemuri et al., 2014);
  2. Les neurones « nouveau-nés » à huit semaines et les neurones plus âgés sont généralement au même niveau de maturation (Deshpande et al., 2013) ;
  3. Aussi peu que dix séances d’entraînement cognitif d’une heure sur cinq ou six semaines ont le potentiel d’inverser le même déclin lié à l’âge qui a été observé au cours de la même période (Ball et al., 2002);
  4. L’activité physique et une bonne forme physique peuvent prévenir ou ralentir la mort neuronale normale liée à l’âge et les dommages à l’hippocampe, et même augmenter le volume de l’hippocampe (Niemann et al., 2014) ;
  5. Le jeûne intermittent peut favoriser des réponses adaptatives dans les synapses (Vasconcelos et al., 2014) ;
  6. L’insomnie chronique est associée à une atrophie (mort et dommages neuronaux) dans l’hippocampe, tandis qu’un sommeil adéquat peut améliorer la neurogenèse (Joo et al., 2014).

Ceci n’est qu’une petite sélection des découvertes récentes sur la neuroplasticité (voir Shaffer, 2016 pour en savoir plus), mais cela met en évidence l’énorme impact potentiel de l’exploitation du pouvoir de la neuroplasticité pour améliorer la santé et le bien-être des humains.

Avantages de la neuroplasticité sur le cerveau
S’appuyant sur les études que nous venons de mentionner, il existe des tonnes de façons dont la neuroplasticité profite au cerveau. En plus des améliorations et des avantages décrits ci-dessus, voici quelques-unes des autres façons dont votre cerveau bénéficie de l’adaptation cérébrale :

Récupération d’événements cérébraux comme les accidents vasculaires cérébraux;
Récupération de lésions cérébrales traumatiques;
Capacité à recâbler les fonctions du cerveau (par exemple, si une zone qui contrôle un sens est endommagée, d’autres zones peuvent être en mesure de prendre le relais);
La perte de fonction dans un domaine peut améliorer les fonctions dans d’autres domaines (par exemple, si un sens est perdu, les autres peuvent devenir accrus);
Capacités de mémoire améliorées;
Large éventail de capacités cognitives améliorées ;
Apprentissage plus efficace.
Alors, comment pouvons-nous appliquer la neuroplasticité et obtenir ces avantages ?

Comment recâbler votre cerveau avec la neuroplasticité

Tout d’abord, donnons-nous une idée de certaines des façons dont la neuroplasticité peut être appliquée.

Quelques-unes des méthodes dont il a été démontré qu’elles améliorent ou stimulent la neuroplasticité comprennent :

  1. Le jeûne intermittent (comme indiqué précédemment) : augmente l’adaptation synaptique, favorise la croissance des neurones, améliore la fonction cognitive globale et diminue le risque de maladie neurodégénérative ;
  2. Voyager : expose votre cerveau à de nouveaux stimuli et à de nouveaux environnements, ouvrant de nouvelles voies et activités dans le cerveau ;
  3. Utilisation de dispositifs mnémoniques : l’entraînement de la mémoire peut améliorer la connectivité dans le réseau pariétal préfrontal et prévenir certaines pertes de mémoire liées à l’âge ;
  4. Apprendre un instrument de musique : peut augmenter la connectivité entre les régions du cerveau et aider à former de nouveaux réseaux de neurones ;
  5. Exercices manuels non dominants : peuvent former de nouvelles voies neuronales et renforcer la connectivité entre les neurones ;
  6. Lire de la fiction : augmente et améliore la connectivité dans le cerveau ;
  7. Élargir votre vocabulaire : active les processus visuels et auditifs ainsi que le traitement de la mémoire ;
  8. Création d’œuvres d’art : améliore la connectivité du cerveau au repos (le « réseau en mode par défaut » ou DMN), ce qui peut stimuler l’introspection, la mémoire, l’empathie, l’attention et la concentration (voir les activités d’art-thérapie) ;
  9. Danse : réduit le risque de maladie d’Alzheimer et augmente la connectivité neuronale ;
  10. Dormir : encourage la rétention d’apprentissage grâce à la croissance des épines dendritiques qui agissent comme des connexions entre les neurones et aident à transférer des informations entre les cellules (Nguyen, 2016).
LIRE AUSSI:   Comment la méditation change le cerveau
Sources
  • “A Consensus on the Brain Training Industry from the Scientific Community.” (2014). Max Planck Institute for Human Development and Stanford Center on Longevity. Retrieved from http://longevity3.stanford.edu/blog/2014/10/15/the-consensus-on-the-brain-training-industry-from-the-scientific-community/
  • Ball, K. K., Berch, D. B., Helmers, K. F., Jobe, J. B., Leveck, M. D., Mariske, M., …, & Willis, S. L. (2002). JAMA 288, 2271-2281. PMID: 12425704
  • Bergland, C. (2017). How do neuroplasticity and neurogenesis rewire your brain? Psychology Today. Retrieved from https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-athletes-way/201702/how-do-neuroplasticity-and-neurogenesis-rewire-your-brain
  • Berlucchi, G., & Buchtel, H. A. (2009). Neuronal plasticity: Historical roots and evolution of meaning. Experimental Brain Research, 192(3), 307-319.
  • Campbell, C. (2009). What is neuroplasticity? BrainLine. Retrieved from https://www.brainline.org/author/celeste-campbell/qa/what-neuroplasticity
  • Cassity, J. (n.d.). The power of mindfulness: Reshape your brain for calm and compassion. Happify. Retrieved from https://www.happify.com/hd/the-power-of-mindfulness/
  • Cleary, I. (2015). Depression, anxiety and other conditions. Ian Cleary: Advanced Lightning Process Practitioner. Retrieved from http://iancleary.com/neuroplasticity-and-anxiety/
  • Demarin, V., Morović, S., & Béne, R. (2014). Neuroplasticity. Periodicum Biologorium, 116, 209-211. ISSN 0031-5362
  • Desphande, A., Bergami, M., Ghanem, A., Conzelmann, K. K., Lepier, A., Gӧtz, M., & Berninger, B. (2013). Retrograde monosynaptic tracing reveals the temporal evolution of inputs onto new neurons in the adult dentate gyrus and olfactory bulb. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 110, 12.
  • Fuchs, E., & Flügge, G. (2014). Adult neuroplasticity: More than 40 years of research. Neural Plasticity, 2014.
  • Hellerstein, D. (2011). Neuroplasticity and depression. Psychology Today. Retrieved from https://www.psychologytoday.com/us/blog/heal-your-brain/201107/neuroplasticity-and-depression
  • Irving, G. A. (2016). Chronic pain and neuroplasticity. Swedish Medical Center. Retrieved from https://www.swedish.org/blog/2016/03/neuroplasticity
  • Joo, E. Y., Kim, H., Suh, S., & Hong, S. B. (2014). Hippocampal substructural vulnerability to sleep disturbance and cognitive impairment in patients with chronic primary insomnia: Magnetic resonance imaging morphometry. Sleep, 37, 1189-1198.
  • Kempermann, G., & Gage, F. H. (2002). Neurogenesis and plasticity: New therapeutic opportunities for CNS disorders. The European Journal of Neuroscience.
  • Kempermann, G., Gast, D., & Gage, F. H. (2002). Neuroplasticity in old age: Sustained fivefold induction of hippocampal neurogenesis by long-term environmental enrichment. Annals of Neurology, 52, 135-143.
  • Mundkur, N. (2005). Neuroplasticity in children. Indian Journal of Pediatrics, 72, 855-857.
  • Neimann, C., Godde, B., & Voelcker-Rehage, C. (2014). Not only cardiovascular, but also coordinative exercise increases hippocampal volume in older adults. Frontiers in Aging Neuroscience, 6, 170.
  • Nguyen, T. (2016). 10 proven ways to grow your brain: Neurogenesis and neuroplasticity. HuffPost Blog. Retrieved from https://www.huffingtonpost.com/thai-nguyen/10-proven-ways-to-grow-yo_b_10374730.html
  • Rodrigues, A. C., Loureiro, M. A., & Caramelli, P. (2010). Musical training, neuroplasticity and cognition. Dementia & Neuropsychologia, 4, 277-286.
  • Sampaio-Baptista, C., & Johansen-Berg, H. (2017). Neuroplasticity: Changes in grey matter induced by training—Review. F1000Research.
  • Shaffer, J. (2016). Neuroplasticity and clinical practice: Building brain power for health. Frontiers in Psychology, 7, 1118.
  • Shaw, C. A., & McEachern, J. C. (2001). Toward a theory of neuroplasticity. Philadelphia, PA, US: Psychology Press.
  • Sibille, K. T., Bartsch, F., Reddy, D., Fillingim, R. B., & Keil, A. (2016). Increasing neuroplasticity to bolster chronic pain treatment: A role for intermittent fasting and glucose administration? Journal of Pain, 17, 275-281.
  • Smith, G. S. (2013). Aging and neuroplasticity. Dialogues in Clinical Neuroscience, 15, 3-5. PMID: 23576885
  • Snyder, J. S., & Cameron, H. A. (2012). Stress and adult neurogenesis. Experimental Neurology.
  • Stroke-rehab.com
  • Su, Y. S., Veeravagu, A., & Grant, G. (2016). Chapter 8: Neuroplasticity after traumatic brain injury. In D. Laskowitz and G. Grant (Eds.) Translational research in traumatic brain injury. Boca Raton, FL, US: CRC Press/Taylor and Francis Group.
  • Taupin, P. (2006). Adult neurogenesis and neuroplasticity. Restorative Neurology and Neuroscience, 24, 9-15.
  • Vasconcelos, A. R., Yshii, L. M., Viel, T. A., Buck, H. S., Mattson, M. P., Scavone, C., & Kawamoto, E. M. (2014). Intermittent fasting attenuates lipopolysaccharide-induced neuroinflammation and memory impairment. Journal of Neuroinflammation, 11, 85-98.
  • Vemuri, P., Lesnick, T. G., Przybelski, S. A., Machulda, M., Knopman, D. S., Mielke, M. M., …, & Jack Jr., C. R. (2014). Association of lifetime intellectual enrichment with cognitive decline in the older population. JAMA Neurology, 71, 1017-1024.

 

Share via
Copy link
Powered by Social Snap