Identité partagée: Comment encourager la générosité en trouvant des points communs entre les gens.

 

Temps requis
Prenez 15 minutes pour suivre les étapes ci-dessous. Essayez de répéter ces étapes avec une autre personne au moins une fois par semaine.

Comment faire

Pensez à une personne dans votre vie qui semble être très différente de vous de toutes les manières que vous pouvez imaginer. Vous pouvez avoir des intérêts différents, des croyances religieuses ou politiques différentes ou des expériences de vie différentes. Il peut même s’agir de quelqu’un avec qui vous avez eu un conflit personnel, ou qui appartient à un groupe qui a été en conflit avec un groupe auquel vous appartenez.

Ensuite, faites une liste de toutes les choses que vous partagez probablement en commun avec cette personne. Peut-être que vous travaillez tous les deux pour la même entreprise ou que vous fréquentez la même école. Peut-être que vous avez tous les deux des enfants, ou un autre significatif. Vous avez probablement tous les deux eu le cœur brisé à un moment ou à un autre, ou avez perdu un être cher. Au niveau le plus large, vous appartenez tous les deux à l’espèce humaine, ce qui signifie que vous partagez 99,9 % de votre ADN.

Passez en revue cette liste de points communs. Comment vous font-ils voir cette personne sous un jour nouveau ? Au lieu de simplement voir cette personne comme quelqu’un qui ne vous est pas familier ou comme un membre d’un groupe externe, essayez maintenant de voir cette personne comme un individu, dont les goûts et les expériences pourraient se chevaucher avec les vôtres à certains égards.
Répétez cet exercice chaque fois que vous rencontrez quelqu’un qui semble initialement différent de vous, avec qui vous avez un conflit ou qui vous met mal à l’aise.

LIRE AUSSI:   70 puissantes questions d'autoréflexion

Pourquoi devriez-vous l’essayer

La recherche suggère que les humains ont une propension profondément enracinée à être gentils et généreux, mais certains obstacles peuvent nous empêcher d’agir sur ces impulsions altruistes. L’un des plus grands obstacles à l’altruisme est celui de la différence de groupe : nous nous sentons beaucoup moins motivés pour aider quelqu’un s’il ne semble pas appartenir à notre groupe ou à notre tribu, c’est-à-dire s’il n’est pas membre de notre « in-« . groupe » – et nous pouvons même nous sentir hostiles envers les membres d’un « hors-groupe ».

Mais des études ont constamment montré que ceux que nous voyons comme faisant partie de notre « groupe » peuvent être malléables. C’est pourquoi la clé de la promotion de l’altruisme, qui consiste à agir pour promouvoir le bien-être de quelqu’un d’autre même à un risque ou à un coût pour soi, est de reconnaître les points communs avec quelqu’un d’autre, même si ces similitudes ne sont pas immédiatement apparentes. Cet exercice est conçu pour aider à développer son sentiment d’identité partagée avec les autres.

LIRE AUSSI:   Rappels de la connectivité: Une façon subtile d'induire la gentillesse, en particulier chez les enfants.

Pourquoi ça marche

Bien que les gens veuillent et essaient généralement d’être altruistes, ils peuvent également se sentir compétitifs envers les personnes extérieures à leur « groupe », et les limites de leur groupe peuvent se rétrécir lorsque les ressources semblent rares ou qu’ils craignent pour leur sécurité.

Rappeler aux gens de voir l’humanité fondamentale qu’ils partagent avec ceux qui pourraient sembler différents d’eux peut aider à surmonter la peur et la méfiance et promouvoir la coopération. Même de petites similitudes, comme la reconnaissance d’un amour partagé pour le sport, peuvent favoriser un plus grand sentiment de parenté au-delà des frontières du groupe. Il est important de noter que reconnaître les points communs ne signifie pas nier les différences, mais peut en fait aider les gens à valoriser les différences plutôt que de se sentir menacés par elles.

Preuve que ça marche

Levine, M., Prosser, A., Evans, D. et Reicher, S. (2005). Identité et intervention d’urgence : comment l’appartenance à un groupe social et l’inclusivité des frontières du groupe façonnent le comportement d’aide. Bulletin de personnalité et de psychologie sociale, 31(4), 443-453.

Les participants étaient plus susceptibles d’aider un jogger tombé lorsque le jogger était un autre fan de la même équipe de football que lorsque le jogger était un fan d’une équipe rivale (comme l’indique leur maillot). Mais lorsqu’on rappelait aux participants une identité partagée avec le rival déchu (être un fan de football), ils étaient plus susceptibles d’aider qu’ils ne l’étaient d’aider un non-fan.

LIRE AUSSI:   Journalisation: quoi écrire dans un journal

Leary, M.R., Tipsord, J.M. et Tate, E.B. (2008). Identité allo-inclusive : Incorporer les mondes social et naturel dans son sens de soi. Dans H. A. Wayment & J. J. Bauer (Eds.), Transcending self-interest: Psychological explorations of the quiet ego (pp. 137-147). Washington : APA.

Les participants qui ont déclaré ressentir un plus grand sentiment de connexion avec les autres, indépendamment des distinctions de groupe, et avec le monde naturel dans son ensemble ont également signalé moins d’égocentrisme, plus de préoccupation pour les autres et moins d’intérêt à avoir du pouvoir sur les autres.

Quiz

La pratique de l’identité partagée peut élargir notre « groupe » et nous aider à ressentir un sentiment de parenté avec les autres. Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par votre communauté, vos concitoyens et l’humanité tout entière ? Répondez au quiz Connexion à l’humanité pour le savoir.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Share via
Copy link
Powered by Social Snap