Image Alt
 • Conscience de soi  • 6 grands avantages de la conscience de soi
6 grands avantages de la conscience de soi selon la science

6 grands avantages de la conscience de soi

En chacun de nous se trouve une formidable capacité d’influer sur le changement. Il y’a de nombreux avantages à la conscience de soi. Pourtant, trop d’entre nous réagissent simplement aux créations des autres.
Être conscient de soi et pratiquer la réflexion et l’introspection quotidiennes permet à chacun de nous de trouver ce que nous voulons vraiment de cette précieuse vie.

6 grands avantages de la conscience de soi selon la science

Nous sommes tous sensibles aux influences extérieures et aux préjugés personnels. Sans conscience de soi, nous sommes encore plus sensibles.

Lorsque l’on peut accomplir la maîtrise de soi grâce à une profonde compréhension de soi interne et du soi public par la réalisation d’une véritable conscience de soi, une véritable liberté peut être atteinte.

La conscience de soi est-elle la même chose que l’autoréflexion et l’introspection ?

Être conscient des traits, des comportements, du caractère, des motivations et des sentiments ou des aspects de soi conduit à l’état psychologique de la conscience de soi. Il a été théorisé qu’il se développe chez les enfants dès l’âge de 18 mois (Lewis & Brooks-Gunn, 1979). La conscience de soi est un état dans lequel le concept de soi réagit aux signaux sociaux et environnementaux. Chez l’adulte, la conscience de soi est la capacité d’une autoréflexion plus profonde.

L’autoréflexion est la capacité d’une personne à en apprendre davantage sur son objectif fondamental et à exercer volontairement son introspection. « Connais-toi toi-même » n’est pas un nouveau concept. Son importance était déjà réalisée il y a 3 000 ans lors de l’inscription sur le temple d’Apollon.

L’utilisation de l’introspection par Wilhelm Wundt était une technique expérimentale en psychologie. Il a pratiqué dans les années 1800 et son objectif principal avec l’introspection était de découvrir plus que la structure du cerveau.

Il a cherché à découvrir les fondements sous-jacents des sensations et des sentiments. L’introspection s’est transformée de cette origine en une technique plus personnelle pour analyser ses pensées intérieures et son état d’être.

On suppose qu’il existe deux types différents d’auto-réflexion. L’une est une approche axée sur les problèmes ou les solutions où les gens réfléchissent de manière constructive à la meilleure façon d’atteindre leurs objectifs. L’autre est une approche centrée sur soi où les individus tentent de comprendre, de contenir ou de dissiper leurs réactions émotionnelles, cognitives et comportementales négatives (Grant, Franklin et Langford, 2002).

Alors que la plupart des gens utiliseront probablement les deux formes d’autoréflexion, les individus montreront généralement une préférence personnelle pour l’une par rapport à l’autre. Il est théorisé que les individus pratiquant l’auto-réflexion centrée sur eux-mêmes par opposition à l’auto-réflexion centrée sur les problèmes n’auront pas autant de succès dans la réalisation des objectifs.

L’autoréflexion centrée sur les solutions et le rôle du soi dans la réalisation des objectifs sont utiles pour éliminer la rumination et faire évoluer un individu vers un comportement axé sur l’avenir.

L’introspection est l’examen de ses propres pensées et sentiments conscients. Elle est étroitement liée à l’autoréflexion humaine. Cela peut prendre la forme de la contemplation de son état mental et plus profondément dans un contexte spirituel.

La conscience de soi est la réalisation de la pratique de l’autoréflexion et de l’exercice de l’introspection.

6 grands avantages de la conscience de soi et de l’autoréflexion

Lorsque la conscience de soi et l’autoréflexion sont utilisées de manière constructive, elles peuvent avoir un impact considérable sur l’affect psychologique. Des améliorations dans divers aspects de la vie peuvent être obtenues grâce à une meilleure conscience de soi et à une interaction avec l’environnement. C’est une pratique qui peut profiter aux humains dans de nombreux domaines différents.

La prise de perspective est un avantage de la conscience de soi. Pour une interaction sociale efficace, il faut comprendre que l’on est séparé des autres et que les autres ont des besoins et des pensées différents. Une prise de perspective accrue permet des réponses empathiques accrues au sort des autres. Cela améliore les relations et les connexions avec les autres êtres humains.

Un autre avantage de la conscience de soi est la maîtrise de soi ou l’amélioration de l’autorégulation. Lorsque les gens comprennent le comportement attendu de la norme sociale, il est généralement intériorisé. Les gens ont honte lorsque les normes sociales ne sont pas respectées. La conscience de soi peut limiter les impulsions antisociales et accroître la responsabilité personnelle d’adhérer aux normes sociales intériorisées (Carver, 2003).

L’augmentation des réalisations créatives est un autre avantage de la conscience de soi. Les personnes très créatives passent souvent par un long processus dans la création de leurs projets (Csikszentmilhalyi, 1996). Pour qu’un produit naisse au mieux, une personne très créative réfléchit profondément à son travail afin d’apporter des ajustements et des améliorations.

Une estime de soi et une fierté élevées sont des avantages supplémentaires à une conscience de soi accrue. Bien que le fait de se considérer comme en deçà des normes sociales puisse avoir un effet négatif, l’inverse peut être vrai si l’on se considère comme la cause du succès.

Les enfants qui développent une compréhension que le succès dans les tâches est accompli en interne se traduiront par une meilleure estime de soi. Cela semble être un acte d’équilibre entre comprendre sa responsabilité de travailler vers un comportement réussi et comprendre le rôle des circonstances sur les résultats.

Les gens ont tendance à attribuer les résultats positifs d’une tâche à des facteurs internes tels que l’effort et la capacité (Schlenker, 1990) et à attribuer l’échec à des facteurs externes. Des niveaux plus élevés de conscience de soi permettent un changement d’habitude accru en cas d’échec et évitent les effets négatifs. Les habitudes sont difficiles à changer, mais ce changement ne s’accomplit qu’avec une conscience de soi accrue.

Les implications de taux plus élevés de conscience de soi sur le lieu de travail sont considérables. La conscience de soi des managers crée de meilleures relations sur le lieu de travail. Cela crée également des résultats plus élevés dans la réalisation des objectifs.

Un regard sur la recherche

Les premières études ont révélé que la conscience de soi objective (Wicklund, 1975) était un état qui induisait un affect négatif. La théorie originale de la conscience de soi était que la pensée était dichotomique, ce qui signifie que les pensées sont soit tournées vers l’intérieur, soit vers l’extérieur vers les autres.

Les gens évitaient les occasions où ils devaient être conscients d’eux-mêmes, car cela induisait une autocritique accrue basée sur l’expérience antérieure. Ce qui a été découvert, c’est qu’une douce conscience de soi est extrêmement transformatrice lorsqu’elle est appliquée dans des conditions de confiance et de sécurité.

Certaines recherches (Froming, 1982) ont examiné les différences entre deux formes délimitées de manipulations de la conscience de soi. L’utilisation d’un miroir aidera un individu à être conscient de la présence interne de soi. Un public aide un individu à prendre conscience de la représentation publique de soi. Les deux diffèrent en ce qu’il existe des attentes sociétales qui séparent le moi.

L’utilisation du concept psychologique de la conscience de soi et son application sur le lieu de travail ont fait l’objet de recherches approfondies (Church, 1997). Cette recherche a montré que plus la conscience de soi des gestionnaires était grande, plus la congruence dans les évaluations des notes de performance des subordonnés directs était élevée.

Le concept a été considéré à la fois comme un trait de personnalité et une compétence. Un manager conscient de lui-même est un meilleur manager.

Un effort pour reconstruire le dilemme humain a fait de grands progrès pour réinventer la conscience de soi en tant que concept constructif en psychologie (Silvia & O’Brien, 2004). Les humains se considérant simplement comme des objets peuvent avoir des effets psychologiques néfastes sur le bien-être général. La clé de la conscience de soi est le concept d’inclusion d’états objectifs et subjectifs et la pratique de l’auto-compassion (Neff, 2011).

Pour qu’un changement dirigé ait lieu, la capacité de réfléchir sur ses pensées, ses sentiments et ses comportements est primordiale. Une échelle pour mesurer l’autoréflexion a été créée (Grant et al., 2002) pour mieux comprendre les différentes gammes de métacognition afin d’aider les gens à atteindre leurs objectifs. Cette recherche a trouvé une validation dans la compétence d’autoréflexion efficace, d’autorégulation et d’intentionnalité dans la réalisation des objectifs.

Des recherches très intéressantes sont en cours dans le domaine des sciences cognitives et en ce qui concerne le rôle des habitudes contextuellement intégrées (Tewes, 2018). Une compréhension plus profonde de la nécessité d’une compréhension à multiples facettes de la formation des habitudes est explorée.

Une meilleure compréhension des fondements de l’intentionnalité consciente sur la formation des habitudes est importante pour faire avancer la science et les implications neurologiques de la conscience de la création du changement.

Les avantages de pratiquer l’introspection

Un avantage possible de la pratique de l’introspection est la réduction des angoisses.

Prendre conscience de nos pensées et de nos actions en relation avec notre réponse émotionnelle au monde qui nous entoure permet à notre cerveau de créer une pensée précise.

Lorsque l’exactitude et la métacognition entrent en action, la partie réactionnaire de notre existence devient moins importante. Avec une réponse moins réactionnaire, vient des moyens plus efficaces d’interagir avec le monde qui nous entoure.

L’augmentation de la confiance en soi est un autre avantage de la pratique de l’introspection.

Une personne qui connaît à la fois ses forces et ses faiblesses peut mieux évaluer son approche de la vie quotidienne. La création de limites et de croissance en ce qui concerne les forces et les faiblesses peut créer plus d’opportunités pour que la confiance dans les compétences s’épanouisse.

Une connexion accrue avec les autres grâce à l’introspection est un avantage supplémentaire de la pratique.

La pratique de la prise de perspective crée un espace pour une meilleure écoute et une réponse compatissante envers les autres. Lorsque nous entrons dans une interaction avec un esprit ouvert et moins d’idées préconçues, un espace de communication plus large est créé.

Un autre avantage de la pratique de l’introspection est l’expansion de la capacité de développement personnel.

Lorsque vous êtes en phase avec vos pensées, de nouvelles sont créées. Les idées nouvelles et créatives prospéreront chez une personne dont l’esprit est clair et concentré sur la naissance du nouveau.

Un bonheur accru peut être un avantage pour l’introspection.

Lorsqu’un individu prend le temps de regarder à l’intérieur et de définir ce que signifie le bonheur pour lui, puis prend le temps de poursuivre intentionnellement ce bonheur, une augmentation peut être obtenue. Le bonheur est un état subjectif, il nécessite donc une introspection pour atteindre un état accru.

D’autres découvertes scientifiques intéressantes

Outre les recherches mentionnées précédemment, nous discutons également de découvertes très intéressantes résultant de recherches intensives.

Effet négatif

Lyubomirsky, Tucker, Caldwell et Berg (1999) ont constaté que lorsqu’une personne se concentre sur les aspects émotionnels négatifs des problèmes personnels, plutôt que sur une approche constructive de résolution de problèmes d’autoréflexion, un affect négatif est présent.

Se voir comme un objet plutôt que comme le sujet responsable de son propre changement peut entraîner une dépression et une anxiété plus profondes. Lors de l’utilisation de l’auto-réflexion, le rôle du soi en tant qu’acteur du changement est essentiel à son utilisation en tant que créateur de croissance. Par conséquent, l’introspection n’est pas la même chose que la rumination lorsque l’auto-examen se concentre sur la perspicacité et les comportements de résolution de problèmes.

Performances des étudiants

John Dewey a effectué d’importants travaux en éducation concernant le rôle de l’autoréflexion et de la performance des élèves. Ses théories ont lancé le mouvement d’éducation progressiste et ont suscité de nombreux débats depuis leur production.

Il a été largement discuté et étudié dans le but de mieux comprendre l’importance de l’autoréflexion dans l’obtention de notes supérieures.

Angles morts

La prise de conscience de ses propres angles morts en matière d’introspection est un domaine intéressant de découverte scientifique. La découverte du pourquoi des angles morts introspectifs (Pronin, 2007) est fascinante dans la mesure où la plupart des humains s’appuient sur le comportement des autres plus que sur leur propre comportement lorsqu’ils évaluent les préjugés.

Les gens se fient davantage à leur introspection lorsqu’ils s’auto-évaluent qu’à leur propre comportement. L’essentiel est que peu importe la clarté de sa pensée, il y a toujours place à l’amélioration en ce qui concerne la réalisation des objectifs et l’objectivité.

Anatomie du cerveau

En 2010, une zone particulière du cerveau a été identifiée comme étant liée à la pratique de l’introspection. Geraint Rees et al. ont rapporté des découvertes à l’Université de Londres, selon lesquelles une zone du cortex préfrontal (directement derrière les yeux) avait de plus grandes zones de matière grise et blanche chez les individus ayant une plus grande compétence en introspection.

Les résultats montrent que la capacité à pratiquer l’introspection varie et a un lien avec l’anatomie.

Vous le valez bien

Apprendre à penser à notre moi interne et public est une compétence. Beaucoup ne sont pas habitués à l’idée de ce type de travail de conscience de soi. Pourtant, les avantages dépassent de loin le temps qu’il faut investir dans l’apprentissage des compétences.

Prochain article: 5 façons simples d’identifier vos « angles morts.

 


MAINTENANT EN VENTE!

Ce livre de journalisation sur les objectifs qui vous aidera à définir ce que vous voulez, à déterminer les étapes à suivre pour vous rendre là où vous voulez aller et à vous motiver pour travailler à la réalisation de vos rêves tous les jours !

 

Références

  • Carver, C. S. (2003). Self-awareness. In M. R. Leary & J. P. Tangney (Eds.), Handbook of self and identity (pp. 179-196). New York, NY: Guilford. Church, A. H. (1997). Managerial self-awareness in high-performing individuals in organizations. Journal of Applied Psychology, 82(2), 281-292.
  • Csikszentmihalyi, M. (1996). Creativity: Flow and the psychology of discovery and invention. New York, NY: Harper Collins.
  • Grant, A. M., Franklin, J., & Langford, P. (2002). c. Toward a theory of social cognition: The development of self. New Directions for Child and Adolescent Development, 1979(4), 1-20.
  • Neff, K. D. (2011). Self‐compassion, self-esteem, and well-being. Social and Personality Psychology Compass, 5(1), 1-12.
  • Pronin, E., & Kugler, M. B. (2007). Valuing thoughts, ignoring behavior: The introspection illusion as a source of the bias blind spot. Journal of Experimental Social Psychology, 43(4), 565-578.
  • Schlenker, B. R., Weigold, M. F., & Hallam, J. R. (1990). Self-serving attributions in social context: Effects of self-esteem and social pressure. Journal of Personality and Social Psychology, 58(5), 855-863.
  • Silvia, P. J., & O’Brien, M. E. (2004). Self-awareness and constructive functioning: Revisiting “The human dilemma”. Journal of Social and Clinical Psychology, 23(4), 475-489. Tewes, C. (2018). The phenomenology of habits: Integrating first-person and neuropsychological studies of memory. Frontiers in Psychology, 9.
  • Wicklund, R. A. (1975). Objective self-awareness. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in experimental social psychology (Vol. 8, pp. 233- 275). New York, NY: Academic Press.
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Share via
Copy link
Powered by Social Snap